• Share on Google+

J#43 – Plein les balloches

Double cartons qui débarquent, encore 400€ de bières qui viennent d’arriver mais sur la vie de ma mère c’est principalement pas pour moi. Juste que j’ai un peu de place à la cave en prévision du weekend dissident de déconfinement qui s’annonce… extrême.

Sinon j’avance pas mal sur mon side project maléfique de 2013 et je viens même d’y ajouter une pierre pas dégueulasse : je me suis dégoté la VST de batterie de Kurt Balou, aka God City, aka J’AI LA BATTERIE DE CONVERGE. Et ça pète le game. Mon kit de batterie de confinement a pris grave du niveau, autant dire que ça va swinguer sec et que vous allez vous prendre une bonne série de beignes quand ça va sortir.

J#45 – Min coeur ché eine gaillette

Meilleure nouvelle du confinement : la ligue a statué, les saisons de foot s’arrêtent toutes avec les résultats actuels. Verdict : le RCL monte d’office en Ligue 1, comme on est deuxième à date. Cinq ans qu’on attendait la montée et on va enfin pourvoir voir Cahuzac chatouiller les tibias de Neymar à Bollaert. Va falloir se racheter une équipe pour pas faire l’ascenseur mais un monde avec le RCL en Ligue 1 est forcément une monde meilleur.

De quoi bien commencer le weekend et pour continuer dans le bon mood, mon ex chanteur de rock sort une petite vidéo pour son nouveau titre Roses qui est vraiment très très bien. Alors c’est pas trop R&R pour le coup, mais promis on y fera un petit clin d’œil discret dans le prochain RMDW.

J#46 – The End Of The F***ing World

On carbure tranquillement à une petite série par semaine, la magie de rester chez soi. Et en plus le week end est long et bon, 3 jours sa mère où on va pouvoir rester chez soi tranquille… Ah oui non pardon, ça fait 6 semaines déjà. Long weekend certes, mais ça nous a pas empêché de régler son compte à la nouvelle saison de The End Of The F***ing World en une soirée. En même temps, 8 épisodes de 20mn… C’est que la maladresse sociale des protagonistes a un truc addictif. Pour le coup, c’est pas du tout une série apocalyptique, mais bon, le titre était à propos pour les temps actuels.