* chronique initialement prévue pour All The Rage TV parce que je
pensais que j'allais kiffer ma race, mais en fait non.

Je me serais bien arrêté au bout des deux premiers titres, mais pour ne pas parler sans connaitre, je me suis farci l’album. Parce que « farcir » est le terme juste. Et puis je me suis réécouté All Killer No Filler et Does This Look Infected et même Chuck. Parce que je ne comprends pas comment on en est arrivé là.

J’espérais secrètement que Underclass Hero soit une erreur de parcours. Et bien, c’est raté. A peine après avoir lancé Screaming Bloody Murder, on comprend que ce nouvel album sera de la même trempe. Le titre éponyme et single ne viendra pas vraiment relever le niveau et nous envoie directement dans un entremêlement d’arrangements et de déjà vu, loin de la fraicheur des premiers albums. Même si c’est loin d’être le pire titre de l’album.

Sick Of Everyone commençait bien, mais bordel c’est quoi ce passage piano/batterie effet cabaret années 1880 ? Seriously ? Ca envoyait le bois et d’un coup je me retrouve avec un groupe de rock tzigane français. Comment ruiner un titre en une demi-seconde. Le pire est que la chose se produit sur la moitié de l’album (Reason To Believe, Back Where I Belong, et donc Sick Of Everyone). Crash est une ballade infâme qui ne fera surement pas revenir Avril Lavigne dans les bras du chanteur. What Am I To Say et Holy Image Of Lies se donnent de faux airs de Muse ou de 30 Seconds To Mars avec abus de piano et autres arrangements. Navré, mais ce n’est pas dans cette catégorie que les Sum41 ont percé, et on comprend pourquoi : l’ensemble est horriblement surjoué et prévisible, finalement à l’image de tout l’album.

Ah, lueur d’espoir avec Back Where I Belong , qui aurait pu être un bon titre dans la veine de Does This Look Infected mais à nouveau un plan guitare sèche – chant surfait vient gâcher le peu d’énergie qui se dégageait du morceau. Au fond, le seul vrai titre écoutable qui envoie du début à la fin sera Jessica Kill, qui (enfin) renoue avec ce qui faisait de Sum41 un groupe aussi puissant et jouissif. Tellement renoué d’ailleurs, que le refrain fera indubitablement penser au tube Still Waiting.

Bref, les Sum ont vieilli. Elle est loin l’époque où Dave claquait le solo en sortant d’une piscine et que tout le monde allait skater dans le meilleur des mondes. Je comprend bien qu’il faille se démarquer et éviter de tourner en rond en faisant cinq fois le même album, mais là je mets un veto. Peut-être suis je un peu dur avec eux, mais Sum41 m’a tellement accompagné au début des années 2000 que j’attendais bien plus de leur part.

Je ne recommande donc pas du tout Screaming Bloody Murder, et comme ils le disent si bien, « Baby You Dont Wanna Know« . S’il vous plait, pour vos fans, le bien commun, votre éthique et le punk rock : rendez nous Dave Baksh et retrouvez ce grain de folie qui vous faisiez parodier Judas Priest et Motley Crue dans Pain For Pleasure. This was Rock’n’Roll.

About this article

Share it like you like it