• Share on Google+

Vacances. Arrêt du boulot et des mille projets en cours. Arrêt du fast life. Meme si j’ai sciemment pas dormi avant de prendre l’avion parce que je voulais absolument finir d’enregistrer des conneries pour le prochain podcast. But still.

Arriver à Gerone, rejoindre la famille et les potes à la plage et ne plus rien faire d’autre que de ne rien faire. Hésiter entre la plage et la piscine. Faire les cons avec Charlize dans l’eau, poursuivis par un requin chatouilleur. Rôtir sous le soleil chaleureux de la Catalogne. Oublier de mettre de la crème solaire. Peler avant même d’avoir bronzé.

Se promener en bateau dans les canaux de la « Venise Catalane ». Imaginer des histoires rocambolesques pour chaque villa russe à vendre. Rêver d’appeler là notre Philemón el Morpión quand les royalties auront porté leur fruit. Éviter un bateau aux pilotes approximatifs. Laisser Charlize conduire le notre avant de boire une horchata fraîche.

Mettre de la sangria au frais. Se goinfrer de pastèque. Décapsuler des IPA locales pas folles mais FRAÎCHES sur la plage. Commander deux poêles de paella fraîchement cuisinée. Se prendre une piña colada en terrasse. Essayer de trouver du piment dans un rhum censé être épicé. Torpiller des bouteilles de tequila sur fond de playlist de la honte remasterisée.

Énieme siesta avant la fiesta. Mettre un stop à Aya Nakamura pour aller voir un concert des Wailers sur la plage. Se dire que ça devait être sacrément mieux avant et avec Bob, mais que c’est quand même bien cool. Enchaînement de tubes, Could You Be Loved, Stir It Up, Jammin, No Women No Cry, Is This Love, Three Little Birds… Solo permanent du seul Wailer original, Al Anderson, solo approximatif du bassiste, les autres tiennent la baraque autant que ça sent la weed.

Finir par une journée à Barcelone. Manger des tapas hors de prix mais avec les pieds dans le sable de la plage bondée de Barceloneta. Passer au Biercab pour une volée de bonnes bières, des patatas bravas pour les braves – parce qu’elles arrachent la gueule -, quelques croquettes de cabillaud et un wagyu des plus fameux avant un tiramistout à la Perennial. Retrouver la pote de notre virée cubaine dans un bar salsa arrosé de mojitos. Finir sur cette belle note avant de rentrer à la maison.