• Share on Google+

Brewdog, Brewdog, Brewdog, Brewdog, Brewdog. Breeeeewdoooooog. Ça faisait longtemps tiens, presque 4 mois sans excursions liées de près ou de loin à la brasserie écossaise qui rythme mes journées. Mais les loustics ont encore frappé. Fort.

Vous vous souvenez de Stone qui avait ouvert sa brasserie à Berlin ? Les écossais l’ont racheté. BAM. Cash. Tranquillou Billy. YOLO. Du coup j’ai été invité pour l’inauguration, exactement celle que j’avais deja inauguré trois ans plus tôt. It’s OK to inaugurate the same brewery twice. Mais on va y revenir.

Fidèle à ma passion de prendre des vols à des horaires à la con, j’arrive au Airbnb berlinois éclaté après un covoiturage nocturne et lunaire avec deux douaniers, un mcdo fermé (figurez vous qu’à 5am, y’a RIEN d’ouvert à CDG), de l’ennui, un vol qui j’avoue est passé suuuper vite puisque je dormais avant même d’avoir décollé, un bus jusqu’à la porte de Brandebourg et quelques errances pour rejoindre Kottbusser Tor.

Micro sieste par acquis de conscience mais je suis pas là pour une empreinte sur le matelas, surtout qu’il y a LE shop de vinyle à environ 10m de l’appart, Coretex. Du punk, du post hardcore, du black et un petit casier pour la folk de hipster, ce magasin colle à 100% à mes goûts musicaux. Autant dire que c’était coton pour ne ressortir qu’avec moins de 100€ de vinyles dans les mains, tellement n’importe quel album présent dans les bacs figure aussi dans ma wishlist Discogs.

Restauration à l’incontournable Burgermeister, king des fastfoods de burgers, méga quali avec une putain de pompe à cheddar libre service. Croyez moi, ça remet d’aplomb.

De quoi pouvoir attaquer sérieusement les rendez vous, à commencer par un premier stop à Biererei, petit bar à la taplist de zinzin en plein Kreuzberg, une cave de zinzin pleine de pépites hors de prix et un système de crowler pour rentrer avec des cans de zinzin. L’endroit est beau, barman plus que calé en bière et de bon conseil, sélection pointue, pas déconnant en tarif. Les mecs ont tout compris, rien à ajouter.

Et puis étape suivante, le plus craft des biergartens à ma connaissance : BRLO BRWHOUSE. Le genre de spot qui mériterait limite son post à lui tout seul. C’est ce que je vais faire d’ailleurs. Hold my beer.

Spot de fou en plein coeur de Berlin juste à côté d’une station de métro, la brasserie montée est tout en containers, contient un bar bien costaud avec une vingtaine de pression, un resto qui distribue un peu en format tapas des plats qui collent gustativement avec les bières et surtout une pure terrasse de la déglingue.

J’avoue que j’ai au final moyennement apprécier le jardin, comme je me suis fait piquer par une guêpe environ une minute après avoir posé mon boule dans le bac à sable. Heureusement, le côté terrasse était moins sujet aux bestioles désagréables et j’ai pu me soigner avec une bonne dose de houblons signée BRLO.

Bref super ambiance, super bières, super chill.

Je finis peinard par rejoindre un fellow membre du Mikkeller Beer Club au Brewdog Bar, en compagnie de suisses aux aventures rocambolesques, entre pizzas et énième verre de bière. Et dire que le festival, c’est que le lendemain… Mais éh, c’est pas moi, c’est le boulot.