• Share on Google+

On y est, l’ouverture de la brasserie allemande de Brewdog. Stone a pas réussi ? Balek, on débarque aussi et on va mettre tout le monde d’accord. Retour donc du côté d’Alt-Mariendorf, en direction de feu Stone World Bistro & Garden et vers la nouvelle Dogtap Berlin.

Et je dois avouer que l’ex complexe gazier a pris une autre allure avec les écossais aux commandes. Bon, l’extérieur, ça a pas trop bougé. A part la gargouille qui a laissé place au blason canin, on est sur du 0% de modif, mais ça rend toujours aussi beau. Je prends une bière et je montre ça.

De l’autre côté des murs, j’arrive pas à dire si c’est mieux ou moins bien, mais on ressent bien l’atmosphère punk quand la version américaine était vachement plus policée. Je pense que le Dan Fischer est venu foutre une couche de bordel dans tout ça avec sa fresque à base de pieuvres géantes. Et puis il faut pas oublier ce petit bar sans prétention qui trône au milieu de la salle, entre le musée de la bière, le shop et la brasserie à proprement parler.

En tout cas, pour ce premier jour de fest, c’est plein, c’est le genre de moment qui redonne la foi et te fait dire qu’on fait pas tout ce taf pour rien. C’est beau tout ces beer geeks qui flânent de stand en stand avec le sourire, avec les derniers jus de fruits de Fuerst Wiacek, le pastry stout d’Amundsen ou les petites sours d’Overworks dans le verre.

Pendant ce temps et entre deux verres, Dan Fischer s’envoie une nouvelle fresque en live, les flippers flippent à foison, des groupes enchaînent sur la scène extérieure même si on est loin de la qualité présentée en Ecosse, un minigolf retrace l’histoire en Brewdog en 6 trous, la bouffe est pas mal bonne mais ça c’est surement parce que j’ai encore craqué sur les tacos carnitas, vous connaissez tous ma passion pour le Mexique.

Ca c’était pour nous, commun des mortels. Pour les patrons de la brasserie, pas de mini golf ou de tacos, eux ils lancent peinard une bière dans l’espace. La petite dernière tout juste sorties des cuves allemandes, Kiez Keule, à ne pas confondre avec Kiss Cool. Tout ça pour dire que les mecs sont pas prêts d’arrêter les performances débiles.

Je retrouve un peu par hasard mes compères suisses à la sortie de Brewdog, tout aussi cuits que moi mais qui avaient déjà commandé un Uber pour rejoindre le Muted Horn. Genre le bar qui était sur ma liste depuis des années dans lequel je n’ai encore jamais mis les pieds. Bon bah, ils m’ont fait une place quoi. On arrive au bar, pinte d’Evil Twin Even More Coco Jesus dans ma démesure et surtout une bouteille de Bokkereyder Steen. Lambic à la pêche de taaaaarééééééé, pure tuerie. La hype est méritée.

On finira par un ultime stop au bar de Stone toujours accompagné des suisses qui ont décapsulé à peu près toutes les références disponibles, sans se poser de question. Je lâche l’affaire quand je me rends compte qu’il me reste tout juste assez de temps pour récupérer mes affaires au Airbnb et ensuite prendre l’avion, mais tout va bien. Bref, encore une aventure beaucoup trop cool et houblonnée qui dilate les membranes.