• Share on Google+

57h, niveau 57, full raccord. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, le jeu est bien loin d’être fini. Surtout que j’ai découvert que même le trophée platine ne représente pas 100% de réussite et qu’il y a toute une série de donjons de fifou uniquement présent pour les hardcore gamers qui se contrefichent d’ajouter un trophée à leur palmarès. Ce qui explique aussi pourquoi j’écris que maintenant.

Parce que ça y est, j’abandonne. Après plus de 50h supplémentaires, je lâche l’affaire, même pour le trophée platine. Cette putain de mission de pêche de chiasse, c’est au dessus de ma patience.

Fucking peche

Voilà, une belle photo bien représentative de ma déprime : un noir et blanc sous la pluie. La tristesse incarnée de passer à coté de l’accomplissement de toute une vie : finir un Final Fantasy.

Bon en vrai, c’était bien plus fun que ça, et j’ai bien kiffé ce road trip avec mes potes de la garde royale. L’histoire est bien trop complexe et l’univers trop onirique pour essayer de vraiment en parler sans spoiler – c’est bien ce qui fait le charme des FF -, je me contenterai d’en relever deux trois points coolos. Surtout un point en fait, qui permet de faire une belle retrospective : mon fidèle Prompto, photographe à ces heures perdues, gère l’album tout au long du voyage et on découvre les clichés pris la journée à chaque fois que le groupe se ravitaille.

C’est aussi comme ça qu’on découvre un monde ouvert dément avec des décors de fou et une richesse du désert à la jungle tropicale en passant par des villes inspirées de la Havane ou de Venise, à découvrir à fond de cale dans la voiture du daron ou à dos de chocobos.

Cauthess

Lestallum

Galdina Bay

Ravatogh

Chocobo

Altissia

Vous excuserez les photos floues, c’était le début du voyage et j’avais pas encore monté le level du photographe. Mais au cours du jeu, le mec devient assez talentueux pour choper en photo les bestioles à dézinguer toujours plus grandioses, pendant le combat, en laissant ses potes se démerder le temps d’un cliché. Cool et not cool à la fois. Genre le mec s’arrête pour prendre un selfie avec un Yojimbo niveau 55 bordel.

Yojimbo level 55 selfie

Pas commode le Béhémoth

Catoblépas

Daemon

Pampa

Tomberry Senior

Succube

Et puis, il y a toujours les chocobos, des drames à n’en plus s’arrêter de pleurer (la fin de ce jeu est tellement triste), de la bouffe partout (un des héros est un super cuistot), des armes à crafter, et de la bagarre quoi. Des monstres et des empires à dérouiller pour rendre à César ce qui est à César.

Un Final Fantasy pour les puristes et les amateurs à la fois, avec la profondeur qu’on connait de la franchise. Putain, j’y ai passé 100h rien que sur le XV… Et je pourrai en passer 100 autres s’il ne fallait pas pêcher ces putains de poiscailles pour finir à 100%.