• Share on Google+

Rah putain ça y est, ça fait 10 ans.

On pouvait trouver Between The Devil & The Deep Blue Sea à la FNAC, le premier EP de From Dying Skies. On lissait nos mèches tous les matins, on troquait les baggys et les pulls Goéland contre des slims et des tshirts Dropdead, et on bossait nos brutal poses devant la glace.

Et que de bons moments passés ensemble bordel. Maintenant que j’ai malgré moi rangé les baguettes, je me retiens plus. Attention session nostalgie et dossiers, dans le désordre.

– Notre première date « exotique », à Amsterdam, à la rencontre de So Called Celeste, Setting For Disaster et Patrick « Kanterbrau ». Avec un grand black qui deale à l’entrée, no big deal. C’était beau Amsterdam, on s’y est cru.

NOBIGDEAL

– Le trophées platine de God Of War avant de partir en tournée. « We eat gods for breakfast« .

– Les journées entières au Boss Hog Studio v0 avec Clement. Et le premier album enregistré au Boss Hog Studio d’aujourd’hui, c’était The Lakeshore. Dénicheur de talents.

– Ce festival en Angleterre où le mec se carapate avec la caisse. On a quand même joué gratis dans une salle comble qui sentait horriblement fort des pieds, mais en ouverture de Despised Icon et Cephalic Carnage. #kamoulox

– Edwin qui a doucement glissé vers Denis puis Ch’Deuns quand on a découvert son deuxième prénom à la douane anglaise.

– Des intros épiques dans des salles désertes

Docteur Lulu et Roger Grolet, qui nous ont épaulé pendant à peu près toute la vie du groupe. Avec l’incarnation de Noël, qui lui aura valu le surnom, lors d’une soirée d’après concert dans un appartement de luxe à Lyon.

– Notre virée en Belgique avec les copains de Jarod : Lighting The Skyline en live, séance de dédicaces arrosée, wheelings maléfique, Sexy Marty et navette pour des locaux qui ne savaient plus où ils habitaient.

SHRED TILL DEATH

CASSDÉDIS

– Les (nombreuses) cordes qui pètent (souvent) pendant les concerts, la peau de grosse caisse trouée pendant le seul morceau qui demandait de la double pédale à foison, évidemment.

– Tous les groupes rencontrés sur la route, et il y en a un paquet… Des locaux comme Tribes et Ossatur, aux parisiens de Darkness Dynamite ou Bridal Procession, même des gens du sud comme Last Tango Theatre ou From Heaven We Fall (je les ai sorti de loin ceux là!).

nono sayan

– Nos descentes à la capitale pour couler le Batofar. Enfin ouvrir pour Protest The Hero et The Chariot (#achievement).

batofar

– En profiter aussi pour se la raconter, poser comme des rockers pour Rock One et parler de nos récents sponsorings Shine Drums et Schecter. La classe à Dallas. Enfin, dans les magazines.

SHINE

– Jouer avec Horse The Band et Devil Sold His Soul dans la MJC de Saint-André, faire un foot avec DSHS (dont le batteur qui ne voulait pas salir ses chaussures neuves et toutes blanches). Et repartir avec un ballon Corner dédicacé. L’enregistrement du ‘clip’ de The Dive est devenu complètement secondaire après cette victoire.

– Des kilotonnes de burritos.

– Ch’Deuns et ses « malins plaisirs ».

malins plaisirs

– Ah, et on a rencontré aussi la troisième meilleure voix d’AC/DC d’Italie. Elle sentait fort la sueur, mais indéniablement talentueuse.

– On a fait une date mortelle à Toulouse, vendu presque tout notre merch, les mecs plein aux as. On a surtout été accueilli par un mec super sympa, dans la maison de ses parents qui avaient tout prévu pour héberger les rockstars qu’on était : petit déjeuner de champion et un paquet de Kleenex à coté de chaque lit. Mieux vaut prévenir que guérir.

$$$

breakfast deluxe

– Catering de luxe toujours, quand tu passes voir la famille de Thomas à Perpignan. Concert chaud cacao et saucisson de sanglier pour le petit déj.

– « Alors, ça cogne dans le mousson ou pas ? »

– « Arretez de faire chier ch’Nain sérieux« . Un de nos fans milanais, de petite taille, sosie vocal de Chester Bennington de Linkin Park. Milan, théâtre aussi de la plus grande réunion de moustaches d’Italie et des « fuzione ». Parce qu’in the end, it doesn’t even matter.

arretez de faire chier chnain serieux

FUZIONE

– Ch’Biggy Big Latte en tournée aux Pays Bas, avec le From Dying Van, la courroie qui pète et l’assistance qui se fout de notre gueule.

– Victimes de notre succès, on eu le droit à une cover de chant de notre plus grand tube à minettes.

– Notre première date en Italie, où la salle est vide à 10mn du début du show. Je vais voir mon brave Franci en lui demandant grossièrement « WTF? », il m’amène dans une pièce paumée et me dit de regarder par la fenêtre. Un truc comme 300 personnes attendaient tout simplement que les portes ouvrent.

chdeuns

nono

dwight

– Ces heures à balancer et à entendre Ch’Deuns tester son delay sur la lead de The Dive.

– Des centaines de hoola-hoops de basse, dont un qui a fini dans le crâne d’Arnaud. Je pense que je me souviendrai toute ma vie de sa gueule, qui continue de jouer, se retourne vers moi pour me crier « je crois que je pisse le sang ». Le mec était rouge de sang des cheveux jusqu’au menton.

BASS

– Des heures à errer sur Myspace pour rameuter les fans.

– Nos concerts au Poche de Bethune, haut lieu du rocknroll du NPDC et surtout l’antre de mille concerts qui nous ont façonné. Rien que pour jouer sur la même scène que General Lee à l’époque, pour le symbole, c’était fort. Tant qu’on est à Bethune, je pense aussi à une bonne fête de la musique sur une scène détrempée, mais pendant l’éclaircie.

chdeuns delay

– Une date épique en Angleterre, à commencer par un stop Starbucks à Londres et des photos de touristes, avant d’arriver sous la neige à Ipswich. On démonte bien le bar, surtout grâce à mes baguettes sur lesquelles on a collé des bracelets phosphorescents qui ont bien évidemment explosé après deux coups de caisse claire. Et puis surtout grâce à Dan qui nous arraché la tête avec tous les fonds de bouteilles de son bar. On aura notamment appris qu’il se servait de la téquila pour bourrer la gueule de ses conquêtes « barely legal », juste parce que « Tequila » et « To kill her » se prononcent presque pareil.

– Ipswich encore, on dort sur des bancs, enfermés dans le bar de Dan (qui était en train de pécho à l’étage), quand on voit par la fenêtre le flic qui descend tranquillement la rue, carnet de PV à la main. On aura jamais réussi à sortir du bar pour tenter de convaincre la police de ne pas nous sanctionner, et seulement pu contempler le couperet lentement tomber sur le pare-brise du brave Sharan.

FDS LDN

The spread Eagle

– « Je travaille sur les chantiers, il y a une heure j’étais en pompes de sécu, comme je savais que je venais au concert ce soir j’ai mis mes pompes de skate et ma veste Ecko, tu sais la blanche avec les écritures marron. Moi avant c’était hardcore techno, maintenant c’est hardcore métal, je pense que ça se voit à mon style« . Discuter avec des fans, découvrir des pépites.

– Les rockstars et l’enfer pour la dernière date du band, avec Ch’Sims au shred. On joue devant un public en feu dans le sud, concert super cool. Et le lendemain, on prend la route pour Aoste et sa mafia italienne. Cette non-date sera d’ailleurs le dernier concert officiel du groupe, #smileytriste.

NYONS

THE END

Qui aurait cru qu’on aurait pu faire autant alors qu’on reprenait du Pleymo dans une cave d’Hersin Coupigny et du Deftones à Mazingarbe, Pas de Calais. On en aurait presque oublié nos efforts précédents, plein de cigares et de traumatismes. L’insouciance et le succès inespéré.

Merci pour les souvenirs les gars.