• Share on Google+

Je décrète officiellement le mois de mars 2017 comme le point de départ officiel de ma recherche de foie compatible en vue d’une greffe imminente.

Pourtant on avait commencé tranquille, avec une série de bières norvégiennes, en mode dégustation et à la quantité mesurée.

« Malheureusement », c’était l’Alvinne Craft Beer Fest le weekend quoi. Déplacement purement professionnel, mais avec son lot de jetons et de godets derrière la cravate de verres de dégustation. Des dizaines de bières folles, de rencontres impromptues, un programme bariolé de Stabilo en fonction des bières « A tester », « A tester absolument » et « VENDS TA MERE S’IL LE FAUT ». Et un token retrouvé dans la machine à laver une semaine plus tard.

Another boring day at work. (Repost @hypehops ) ・・・ #festoche #alvinne #craftbeer

Une publication partagée par Dwight Urbaniak (@dw19ht) le

On est le 6 mars, je suis déjà au bout de ma vie. Donc on la joue calmos. Peut-être une bière la semaine d’après avec les copains, genre un passage de courtoisie à la Capsule ou aux Six Roses.

Ouf, pas de podcast à ce moment, donc pas de pyramide de canettes à vider.

Mais il y a l’afterwork mensuel du Bellerose ensuite. Tiny Rebel en pression, des réfs coolos aux chamallows et une IPA salade de fruits qui vaut le détour.

Et puis après, c’est parti en couille. Je suis retourné au Barcelona Beer Festival. Je vous refais pas le topo comme l’année dernière, c’était l’orgie putain. Sans l’histoire du porte feuille quand même, mais avec la pluie. Mais vu la folie furieuse des bières dans les bars (Biercab & NaparBCN FTW <333), j’étais prêt à braver les plus grandes tempêtes.

BBF2017

BBF 360

Alesmith Speedway Stout Vietnamese Coffee...

BBF Juice de @naparbcn pour conclure la première journée du @bcnbeerfest. #tropico

Une publication partagée par Dwight Urbaniak (@dw19ht) le

Ca aurait pu se terminer là, mais j’ai clairement pris le parti de dormir seulement quand je serai mort. J’ai été réquisitionné pour un autre salon : je zappe le dernier jour du BBF pour rentrer sur Paris le dimanche matin et enchainer derrière le stand Rogue pour Planète Bière avec Pezichou. L’occasion de gouter deux trois petites choses aux autres étages (Omnipollo, Trou du Diable…), ou se refaire une bonne série de classiques chez les voisins (Brewdog, Stone, De Molen…). Et accessoirement, re-gouter toutes les Rogue, pour savoir de quoi on parle quoi.

Planete Bière

Rogue Taps

Bon bah ça me parait pas mal, on va pouvoir aller se coucher après ces 4 jours intensifs de bière à foison. Ah, non, on avait encore un anniversaire à fêter en rentrant, le soir même, avec le collègue et le copain (grand) amateur de bières. Non mais sérieusement, achevez moi. Avec des Xyauyu de Baladin, OK, mais finissez en avec moi de ce mois de l’enfer.

JPP. #jpp.