• Share on Google+

Le réveil est un peu difficile le lendemain, jet lag et flemme oblige (mais je dormirai quand je serai mort n’est ce pas?), mais aujourd’hui on est guidé pour découvrir les rues cachées et authentiques de Tokyo.

On prend la direction du quartier de Ueno et ses petites rues marchandes encore calmes. Construit sous les lignes de chemins de fer pour pas se faire griller et bombarder pendant la guerre, le réseau de boutiques offre une quantité de produits déraisonnable pour une si petite surface. Des étals de poissons aux découpes de saumon qui ressemblent à des tranches de melon, pas mal de sucreries (mochi mochis FTW ou toilettes sucrées à faire soi même) et quelques échoppes à gadgets à touristes.

Ueno

Poiscaille en vrac

Saumelon

Marché Ueno

L’espace est tellement confiné que même les temples se construisent à l’étage, au dessus des magasins qui ne sont pas strictement sous les rails. Petit mix qui illustre bien la concentration de la ville, quand les temples donnent directement sur des pubs pour des maillots de foot.

Lanternes

Temple du foot

On se dirige ensuite vers un des quartiers qui ne s’est pas trop fait massacré pendant WWII, en prenant soin de passer par le parc de Ueno, ancien jardin impérial. Rien que ça. On suppose l’endroit sublime le temps des cerisiers en fleurs, mais surtout complètement blindé, donc on profite de notre moment privilégié avec le parc.

Plaque de cerisiers

Kiyomizu Kannon-do Temple

Un café et un dorayaki plus tard, nous voilà dans le vieux coin de la ville, Yanaka. Pas de monument, pas de touriste, que des vielles petites rues dans lesquelles flâner et s’imprégner d’un air du Tokyo d’il y a quelques années. On y retrouve de petites boutiques d’artisanat, des maisons vétustes aux places de parking microscopiques, ou des restaurants dont les barils de saké à l’entrée témoignent du savoir vivre du quartier, calme et pittoresque. C’est d’ailleurs perdu dans un de ces petits endroits cachés qu’on prendra le déjeuner, OKLM.

Yanaka

ça picole

Yanaka

La matinée tradition et histoire, avant de rejoindre l’euphorie des quartiers ouest de Tokyo : Harajuku & Shibuya.