• Share on Google+

C’est reparti pour un tour d’horizon du rock’n’roll à la dw19ht. Ce avec quoi je saoule mon collègue, ma femme et mes voisins à longueur de journée, les pauvres. D’un autre coté, ils sont plutôt gâtés en ce moment, on a du monde !

Cult Of Luna – « Mariner »

Cult-of-Luna-and-Julie-Christmas-MarinerDu lourd mes amis, du lourd. L’ambiance autour de Cult Of Luna est particulièrement bien établie, et Mariner aurait pu complétement jouer la carte de la continuité. Mais les suédois sont allés dégoter Julie Christmas et sa hargne vocale le temps d’un album pour donner une toute autre dimension (plus spatiale selon les interviews), et ça envoie grave du steak. La lourdeur de COL combinée à la folie de Made Out Babies.


Dider Super – « Vacances à vos frais »

DidierSuperLa caution WTF de cette série. Le mec est quand même parti enregistrer ses conneries au Vanuatu avec un string band, avec des intros qui se ressemblent toutes exprès, des paroles toujours aussi véridiques et incisives et des tubes comme Rien à Foutre ou Boom. Mais c’est vrai que la nouvelle Miss France est pas si bien que ça cette année. Ca fait chier.


Cult Leader – « Lightless Walk »

cultleaderPour vos soirées romantiques, featuring l’intro d’album la plus maléfique du monde. Pas de prisonniers, pas de survivants, c’est le crédo du groupe né des cendres de Gaza, pour donner le ton. Imaginez la lourdeur du doom cumulée à des plans de batterie de grind et un chanteur qui ne chante pas avec ses poumons mais ses intestins sur fond de messe satanique. Tout un programme.


Anderson .Paak – « Malibu »

anderson-paak_MALIBUPour vos soirées romantiques (pour du vrai ce coup ci). Une petite galette de soul qui groove à mort, avec une pointe de funk et de hip hop west coast, ça détend après Cult Leader. Je conseille particulèrement le combo Put Me Thru et Am I Wrong, soyeux et sexy, parfait pour ambiancer vos apéros dinatoires. Chérie, t’as fait du guacamole ?


Deftones – « Gore »

deftones-goreJ’avais un peu peur après l’écoute du single, j’avoue. Prayers/Triangle est super comme titre, mais un peu trop porté sur la voix pour le coup mielleuse et un peu mièvre de Chino. Et malheureusement, c’est un peu le cas sur tout l’album. Je rejoins Carpenter sur l’idée que « ça manque de métal » quand on voit comment un album entier de titres à la Gore aurait pu déchirer et que le meilleur riff du CD tient sur l’outro assassine de Phantom Bride. Après qu’on soit d’accord, ça reste vachement bien hein, pas beaucoup de groupes peuvent sortir un truc pareil, mais pour du Deftones, je m’attendais à mieux.


La Fin – « Empire Of Nothing »

lafin-empireofnothingVous vous souvenez des italiens avec qui on claquait des BBQ pendant notre tour en Italie avec GL ? Après de sombres histoires, l’instigateur de la tournée a remonté un groupe qui mixe Periphery, Isis, Deftones et Tesseract. Bon dit comme ça, ça parait un peu ambitieux, mais c’est vraiment bien branlé et à part deux trois détails sur lesquels je suis moins fan, pour un 4 titres d’un groupe qui débute, c’est du costaud.


Liferuiner – « Nomads »

liferuiner-nomadsEn voilà un bel EP de hardcore / metalcore / whatevercore. Leur album Future Revisionists tourne encore un coup de temps en temps et je me suis jeté sur cet EP dès que j’en ai découvert l’existence. A part ça, rien de nouveau, les derniers morceaux auraient pu faire partie du précédent, on y aurait vu que du feu, mais ça reste un bon défouloir.


Violent Soho – « Waco »

wacoLes enfants cachés de Nirvana. Du grunge emo qui reste diablement dans le crâne, tous les morceaux sont des tubes punchy qu’on va chanter à tue-tête tout l’été, sans aucun doute. Les australiens ont sorti un album au dessus de tout en terme de chillance entre burgers et planches de surf.


The Rodeo Idiot Engine – « Malaise »

The-Rodeo-Idiot-Engine-Malaise-CoverAttention, violence gratuite en approche. Le riff qui ouvre cet album est une déferlante de coups dans ta gueule, avant d’installer une ambiance particulièrement malsaine et morose pour la suite. Et c’est là que les mecs sont bons, le malaise qui enveloppe cet album est tangible, que ça soit par la voix viscérale ou les longues plages instrumentales toutes plus noires les unes que les autres. Une petite pépite française à ne pas manquer.


Babymetal – « Metal Resistance »

BabymetalIl suffisait que j’en parle dans le dernier RMDW. Tout simplement épique. Imaginez le générique des Digimons dopé à Dragonforce et Slipknot à la fois, avec des riffs à faire pâlir la moitié des groupes de metalcore, le tout chanté par des petites filles. Carton plein pour le prochain Guitar Hero. La vraie caution WTF, elle est peut être là plutôt.


Bonus – Nails

Bon là on arrête les conneries. Je vous passe les détails, il n’y en a aucun dans ce groupe. Concentré de brutalité brute. #guerre