• Share on Google+

Je pensais écrire un petit post sur notre micro stop à Los Angeles, qu’on a fait pour casser un peu le retour du bout du monde. Et puis au final, on a fait juste fait du shopping à Santa Monica, mangé des Crazy Rock’n’Sushis et bu des pintes à The Daily Pint.

Par contre, à cause des grèves d’Air Tahiti Nui, on a passé une journée surréaliste à Papeete. On pensait passer tranquillement quelques heures à l’aéroport, manger un morceau et décoller pour LA, mais on a croisé Benoît entre temps. Benoît, le polynésien pure souche qu’on avait rencontré même pas 2 jours avant en allant faire notre plongée. Et Benoit a de la famille à Papeete.

– Vous faites quoi ici ? Vous avez longtemps à attendre ? Mon frère arrive, je vous emmène ?

Voilà comment on s’est retrouvé à passer une journée dans une famille tahitienne dans son quotidien. Et c’était tellement cool.

Le bonhomme était de passage pour voir la famille une dernière fois avant de s’envoler rejoindre sa femme au Canada (encore une fois, je vous passe les détails) et du coup on fait partie de l’épopée. Entre vidéos de pêche à 15m en apnée (le mec passe plus de 10mn sous l’eau et pêche au harpon quoi), poulet curry (servie par la mama de la famille), colliers de fleurs (cadeau de la maison qui défonce 20x tous ceux qu’on reçu jusqu’à présent) et chorale.

La famille de Benoit est particulièrement pieuse et gère l’église du quartier, en plus c’est répétition pour des baptêmes ce soir. On assiste donc à ce moment privilégié et avoir la foi dans les îles, c’est autrement plus fun que dans le NPDC.

On est en mode bootleg, on ne voulait clairement pas déranger l’équipe qui nous accueillait si gentiment, alors qu’on devrait être en train de croupir à l’aéroport. On a donc bien gardé nos appareils dans nos sacs et juste apprécié le moment présent. Avec du ukulélé, des rêves de métropole contre les tropiques et surtout des sourires en continu pour boucler ce chapitre polynésien. Merci.