• Share on Google+

Avant tout, je tiens à préciser que j’écris ce post sous 3000° – quel est le fuck, une canicule dans le NPDC, ça va beaucoup trop loin le réchauffement climatique. Il est 1h du matin et mon lit se transforme peu à peu en une éponge d’alcool. Parce que je suis en train de suer les litres de (bonnes) bières de mon récent beer trip en Hollande.

La mission était d’emmener un de nos fervents clients brasser chez Kaapse Brouwers, fils du grand ponte de la craft beer aux Pays Bas, De Molen. Autant vous dire qu’on est pas déçu, dès notre arrivée dans la soirée.

Le brewpub se trouve dans un immense entrepôt des docks de Rotterdam, complètement réaménagé en complexe de la chill, avec une boulangerie, une cuisine dont le chef change toutes les semaines, une librairie, une charcuterie… Et je parle pas de la méga terrasse sur le dock avec vue sur le centre de la ville. Ajoutez à ça une liste de 30 bières artisanales en pression et un bottle shop de feu, vous obtenez de loin le meilleur spot de la ville.

Kaapse taplist

Kaapse Café

Jordy's

Bosch & De Jong

Terrasse sur les docks

Fenix Food Factory

Le brassage ne commence que le lendemain, donc on s’octroie une dégustation de la taplist, accompagnée d’assiettes de spécialités asiatiques et des brasseurs de Kaapse et De Molen, avec qui on discute de tout et de rien.

La nuit est déjà tombée, mais notre guide sur place nous emmène au Ballroom, le bar incontournable de la ville avec facilement une cinquantaine de gins à la carte. J’aurai jamais bu autant de gin, tellement les cocktails étaient parfaits. Je me suis peut être découvert une nouvelle passion. Je ne suis plus sûr exactement du reste de la soirée (le gin était vraiment cool), mais après un rapide passage au De Ridder pour un dernier verre, on part tous se coucher, histoire d’être frais pour le lendemain.

8AM, notre collaboration entre le Hoppy Corner et Kaapse Brouwers commence, en mettant en marche le tout premier matériel utilisé par De Molen à ses débuts, maintenant dans ce brewpub. La classe. Au menu, un porter à la mirabelle et au cognac, un combo entre les spécialités françaises et le savoir faire des néerlandais pour les bières foncées et vieillies.

Brewing

Techos

Malt

On enchaine avec une visite de la ville par l’eau, le temps que le moût cuise tranquillement. Rotterdam, c’est un peu trop le futur à mon goût, ayant été rasée intégralement pendant la seconde guerre, toute la ville a des allures futuristes avec des buildings à l’architecture improbable. Comme un Miami mais sans les tropiques. Toujours est il que les docks et le port sont impressionnants, et que cette découverte par le Rhin est surement la meilleure façon d’avoir un aperçu rapide des lieux. Et puis Rotterdam était le point de départ pour les hollandais qui partaient pour New Amsterdam à l’époque, ça pose une ville quand même.

Rotterdam

Harbour

Rotterdam du turfu

Holland Amerika Lijn

Retour à Kaapse pour la filtration et l’officialisation du nom de code pour cette collab : Kaapse Pruim. Je vous passe les fous rires quand nos amis hollandais nous expliquent que Pruim veut dire à la fois mirabelle, prune, mais aussi chatte.

Porter Mirabel

Sur ces bonnes paroles, le brasseur de De Molen nous propose un tour à Bodegraven, là ou se trouve la grande brasserie et le moulin d’où tout a commencé. Encore une fois, on a les yeux écarquillés et on découvre l’univers de la brasserie par ses tanks de fermentation Star Wars (il y a de l’Amarillo dans Chewbacca !), son chai avec des racks de bières de fifou en train d’être vieillies en fût de vin espagnol ou de bourbon, la préparation du festival Borefts et le charme du brouwcafé sous le moulin. Perdu dans la campagne néerlandaise, une petite brasserie révolutionne la craft beer dans un moulin avec une quinzaine de pressions complètement folles. La magie De Molen.

Barrels

De Origineel Molen

En terrasse du moulin

On quitte les Pays Bas avec des paillettes dans les yeux, et je retrouve ma poisse quotidienne, avec un train en retard et un retour en taxi et en metro à la maison puisqu’aucun train ne quittait la Belgique à cette heure là. Enfin, des bières et des galères, classic shit au final, non ?