• Share on Google+

J’ai (très) longuement hésité à y aller, sûrement même dû encourager les amis à ne pas prendre de place, avant de me persuader moi même, une heure avant.

Mais il fallait que je le vois de mes yeux. Par respect au groupe que j’ai aimé avant de le rejoindre, par respect aux nombreuses heures passées sur les routes à leurs côtés, par respect pour toutes ces frites de chez Pépito ingurgitées ensemble.

Mais surtout pour voir le groupe mourir définitivement, m’assurer qu’il ne renaitrait pas de ses cendres, clore mon chapitre et repartir avec le coeur plus léger de ces incertitudes qui me tracassent depuis six mois : la fin de General Lee n’est pas de ma faute. La mort du groupe était assez profondément ancrée pour que mon départ n’en soit que le déclic et pas la cause. Sinon, pourquoi faire un concert d’adieux au lieu de chercher un nouveau batteur ?

Bref, je suis allé au farewell show de General Lee.

Pour un vrai report, je vous conseille celui de David.