• Share on Google+

Je pense qu’on a trouvé les patrons.

Stone Brewing. Stone et la démesure à l’américaine. Même quand les mecs posent leurs fûts à Berlin, il faut qu’ils fassent mieux que tout le monde. En témoigne l’immense brasserie installée dans un ancien complexe gazier. Station de brassage, restaurant gigantesque, bars à plus de 100 becs… C’est n’importe quoi.

World Bistro & Gardens

Stone Berlin

Les plus assidus se souviendront du petit stop qu’on y avait fait avec les amigos, mais cette fois ci, on est là de façon complètement officielle, pour le « Stone Berlin Grand Opening ».

Et les petits plats ont été mis dans les grands : bassins de cans de Stone IPA, de Cali-Belgique, de Ruination et de Go To IPA vulgairement disposées dans des glaçons, pour se rincer le palais. La touvenance selon Stone.

Parce que niveau pression, on rigole pas : 5 ou 6 bars disséminés dans tout le complexe, dont un avec 50 bières différentes disponibles ! Et pas de la merde SVP, du barrel-aged, des collabs de feu, des séries anniversaires… Que des choses introuvables en Europe. Je suis devenu fou. Une carte à en faire devenir pâle un stout.

Touvenance, selon Stone

T'as pas 100 balles ?

Main Bar

Faut se rendre compte, 100 becs pour 50 bières, c’est juste un truc de malade mental. Dehors aussi c’est la fête : on peut trouver au choix un taco bar (!) à se claquer avec une IPA fraîche comme la neige. Ou un hangar dédié au sucré, histoire de se faire un petit pairing de ce porter à la noisette avec de la barbe à papa ou des boules coco. Ou encore (attention, déglingade on the way) des putains de cigares avec leur petite bague Stone.

Cigar Pairing

Stone Tacos

Vanilla Porter

Non mais sérieusement. Moi qui suis fervent du #nolimits, j’ai pris une leçon.

On enchaine avec un discours du patron, Greg Koch aka « Beer Jesus », et de ses collaborateurs. Bon, j’aurai certes passé plus de temps à bloquer sur les chaussettes Stone IPA complètement folles d’un des bonhommes de la foule plutôt qu’à essayer de comprendre l’allemand des gens sur scène (c’est une vraie langue ça d’ailleurs ? C’était pas juste censé être une blague inventée de toutes pièces par Rammstein ?), mais ça parlait avec tellement de passion qu’on était obligé de partager l’euphorie. Imaginez le show : ça c’est quand même fini avec le perçage d’un fût sur scène, d’une bière brassée spécialement pour l’occasion.

Stone IPA socks

Inauguration

Beer Jesus

Bref, c’était l’Amérique quoi. Grandiloquente, surdimensionnée et exagérée. Mais bordel c’est bon de voir un peu d’ambition et ‘je me pose mes couilles là’ un coup de temps en temps. Merci Stone pour cette longue et délicieuse soirée, avec tout le gratin du bière jeu réuni pour l’événement.

Enfin voilà. J’aurai pas réussi à tout gouter (était ce même possible ?), mais j’ai fait ce que j’ai pu. Un déplacement qui valait le coup de rentrer avec sa cirrhose.

Stone Brewing, pas le temps de niaiser