• Share on Google+

Nos invités arrivent au compte goutte et on s’occupe de récupérer autant de monde possible pour les amener à bon port. Bon des fois, c’est pas vraiment une réussite.

Par exemple, on devait retrouver une amie dans Tulum, heure et lieu donné, genre bien organisé. Bien sûr, entre le moment où on a l’info et le moment où elle atterrit, le vol a pris du retard et on attend presque deux heures au point de rendez vous, sans que personne ne se pointe et sans pouvoir se joindre par téléphone. Du coup, on commence à penser qu’on s’est planté d’endroit, on reprend la voiture pour entamer une ronde à sa recherche, mais à peu de choses près elle arrive finalement à l’endroit donné au même moment. Sauf que nous, on vient d’en partir, on ne sait pas qu’elle vient d’arriver et elle ne sait pas qu’on était là il y a trois minutes. Bonjour le stress. Holà el stress. Et je pense qu’on a du passer deux heures supplémentaires à errer tous les deux dans la ville, à se croiser sans jamais se capter, à croire qu’elle allait finir kidnappée par un cartel mexicain ou pire. C’est que les rues de Tulum donnent pas une impression de sécurité débordante à deux heures du mat’.

Tulum by night

Mr Churros

Puis arrive un appel mystère d’un taxi mexicain où la seule chose qu’on ait vraiment compris c’est « ATM », soit le point de rassemblement des bus. On y fonce ni une ni deux pour enfin retrouver notre amie, en panique autant que nous à l’idée d’être perdue seule au Mexique. La vraie histoire est un peu plus longue, mais dans les grandes lignes, c’est ça.

Enfin, au final, on a récupéré notre invitée, on l’a ramenée à sa villa, mission réussie. Il est presque 4am, mais mon acolyte MrRayure et moi nous nous octroyons une bière de récompense dans la piscine pour fêter notre réussite finale, avant d’aller rejoindre les bras de Morphée.

En plus, on avait prévu le lendemain une petite excursion snorkeling du côté d’Akumal, avec un départ au petit matin. Autant te dire que j’étais plutôt cuit, mais on a pas fait tant de bornes pour rester dans notre Airbnb en mousse. Alors go Akumal et le lagon de Yal Ku aux sublimes eaux bleues et vertes.

Ça manque un peu de tortues géantes, mais le lagon est tellement beau qu’on s’en contente vite. Et puis il commence à y avoir de plus en plus de nos invités à chaque sortie, ce qui décuple le fun par autant à chaque fois.

Yal Ku Lagoon

Tortuga

On se claque une grosse bouffe sur la plage et on rentre ensuite tranquillou. Mais à croire que le destin est contre mon sommeil, j’apprends alors que mon père, qui a déjà bien galéré pour atteindre ce côté de l’Atlantique (et sans bagage), part seulement de NYC et arrivera cette nuit à Cancún. Sans moyen pour se rapatrier jusque Tulum, on va devoir faire la navette jusque l’aéroport.

Évidemment, histoire que ça ne soit pas si facile, son vol arrive à 1.30am et je répète, les routes mexicaines la nuit, c’est pas la joie. Et la police mexicaine non plus : en arrivant du côté de Playa Del Carmen, gyrophares, bande d’arrêt d’urgence et go corruption. Le mec m’arrête, prend mon permis pour « vérifier » sauf qu’il est plutôt en train de me le confisquer pour un excès de vitesse inexistant. Dans un espagnol rudimentaire et insuffisant pour débattre de la véracité de ma faute, on comprend que l’ « amende » est de $150, payable sur place en liquide ou sinon, ça se règle au poste de Playa Del Carmen avec en gros un refus d’obtempérer. La messe est dite : soit on raque tout de suite, soit on se retrouve au poste, mon père reste à Cancún et notre mariage reste en suspens le temps que l’histoire se décante. Pas trop le genre de truc qu’on est prêt à tenter.

Donc on fait mine de chercher l’argent, on ne « trouve » que $100 (dernier moyen filou pour essayer de payer moins cher) et bizarrement ça passe et on repart aussi sec… Bien sûr, pas de ticket, pas de preuve, aquì la vaselina.

Enfin, au final, on a récupéré le padre, on l’a ramené à sa villa, mission réussie. Il est presque 4am, mais mes acolytes et moi nous nous octroyons une bière de récompense dans la piscine pour fêter notre réussite finale, avant d’aller rejoindre les bras de Morphée.

En plus, on avait prévu le lendemain une petite excursion…