• Share on Google+

Voilà du neuf les potes. Et du moins neuf aussi.

Les sorties du moment tournent plus vers le hip hop et de la douceur on dirait, à croire que le mariage me rend plus calme. Enfin, on ne s’inquiète pas pour autant, il y a toujours de la baston, et pas n’importe laquelle.

The Prestige – « Amer »

theprestige_amerA commencer par le chef d’oeuvre des mes amours de Prestige. Un album fou, spontané mais complexe, aussi profond dans les paroles et la démarche qu’à fleur de peau dans l’intensité finale. C’est beau. Tout simplement. Mes stats dépassent déjà les 100 écoutes, ça donne le niveau. Tampon album de l’année 2015 dw19ht certified.


Action Bronson – « Mr Wonderful »

bronson-mr-wonderfulLà aussi une bonne touche fraîcheur. En plus d’être un ancien chef cuistot renommé du Queens, le mec sort une galette de hiphop barré qui, moi qui ne suis pas non plus un gros consommateur de base, se laisse écouter en toute pépouzie. Tendez une oreille du coté des titres Terry ou Actin Crazy, ou prenez votre bécane pour vous la jouer Dennis Hopper sur Easy Rider.


Turnstile – « Non Stop Feeling »

nonstopfeelingUn poil à la bourre (l’album est sorti courant janvier) mais ce Turnstile est un de ses albums qui s’écoutent en boucle et dont on ne peut se lasser. Ca reste officiellement dans la branche hardcore, mais c’est frais avec une grosse grosse dose de groove, très loin du hardcore deux neurones tendance djent relou. Y’a qu’à noter les petites maracas sur le break de Drop pour s’en assurer.


Stick To Your Guns – « Disobedient »

Disobedient CoverSi on est plus loin du groove que pour Turnstile, ce dernier Stick To Your Guns reste aussi à part, pour son engagement politique encore plus prononcé que sur les albums d’avant. Bon après je suis moins fan de ce dernier effort musicalement parlant, qui est à mon goût un peu facile au niveau de l’alternance couplet-baston / refrain-fédérateur chant clair. Mais rien que pour ce discours, je garde une oreille plus qu’attentive.


Man Is Not A Bird – « Surviving The Great Flood »

minabL’instant émotions vous est présenté par mon chouchou Max et son nouveau groupe Man Is Not A Bird. Du post rock quasi instrumental, parfois énergique comme Running Endlessly, parfois plus joyeux sur Surviving The Great Flood, parfois planant à l’image du sublime D.I.P. D’ailleurs, rappelez moi d’aller commander ma copie vinyle, rien que pour leur artwork aux petits oignons.


Kendrick Lamar – « To Pimp A Butterfly »

kendricklamarStraight Outta Compton bis. Peut être un chouya moins virulent que ces ancêtres NWA, Kendrick Lamar a néanmoins largement repris le flambeau depuis. Consacré sur Good Kid / Maad City, le californien confirme tout le bien qu’on pense de lui avec des lyrics folles, sensées et qui appuient sur les points noirs de la culture US, le tout sur des instrus au poil. Je vous fais vraiment la comparaison avec Maitre Gims ?


Palm Reader – « Besides The Ones We Love »

palm_readerLa petite nouveauté anglaise qui fait zizir, un peu à la Dillinger mais genre que les riffs rock’n’roll en mettant (un peu) le math incompréhensible de coté. Autant l’album d’avant m’avait pas retourné le slip, autant là ils m’ont forcé à changer de caleçon, avec des morceaux comme Stacks ou le plus mélo Unabridged. Même si le chanteur a vraiment la même voix que Grego Puciato.


No Omega – « Occupants »

noomega La Suède ne se contente pas de nous envoyer Entombed ou Cult Of Luna, il y a aussi No Omega. Et leur EP démonte, avec un petit coté Oceana époque Birth Eater. Ce qui est clairement pas dégueulasse. J’ai enfin capté le pattern de batterie de l’intro de Passing, je peux enfin me laisser emporter par le flots d’envolées de guitares à la reverb et par les breaks de batteries fous.


Tyler The Creator – « Cherry Bomb »

cherrybombtylersL’homme est talentueux, il est fou et il est vachement moins déprimé qu’à l’époque de Goblin. Ca donne un album improbable et varié, aux tubes un peu rentre dedans à la Deathcamp ou Cherry Bomb. Et aux interludes/chansons limite d’ascenseur comme Find Your Wings. Concrètement le mec fait ce qu’il veut et le prouve définitivement avec cet album.


Harms Way – « Rust »

harmsway-rustMa caution gros muscles. Le hardcore dans toute sa splendeur où le mot d’ordre de la composition devait être « taper ». Ca fait un peu bas du front, mais c’est terriblement efficace. Et oui, ça me donne envie de taper dans un sac ou de passer la barre des 300kgs en développé couché. Même si on dirait que leur single s’inspire de Liberate de Slipknot.


Bonus – David Hasselhoff

Attention à cette pépite, David Hasselhoff sort un clip monstrueux en guise de BO pour un film full eighties à venir. On a hâte. [EDIT] IL EST ARRIVE !