• Share on Google+

Ça y est, tous nos invités sont arrivés à bon port et on peut commencer à vraiment envoyer du lourd, tous ensemble.

Notre escapade du jour fait le tour des monuments du Yucatán (« yuca-yuca-yucatan, yuca-yuca-yucatan, ohé ohé« , tu l’as dans la tête hein ?). Apres un micro stop pour faire connaissance avec l’équipe et manger un biscuit au miel super bon mais dont personne n’a retenu le nom, notre guide nous fait entrer dans la plus que célèbre enceinte de l’ancien village de Chichen Itza. Rebaptisé « Chicken Poulet » pour l’occasion par notre équipe, ne me demande pas pourquoi. On chope aussi très rapidement le tic de langage de notre guide qui répète sans cesse « Okay les amis ? » (en insistant sur le Y du « okay »), ce qui deviendra une autre signature du voyage.

On commence par un petit tour de ruines assez modestes, bordées par des étals de souvenirs a priori locaux. Plusieurs petites maisons méso-américaines, le cenote sacré et des tas de ponchos et de sombreros plus fous les uns que les autres, qui nous plongent tout doucement dans l’ambiance maya.

Venado

Ponchos y Sombreros

Puis, on part sur des explications sur l’importance des astres dans la culture maya et la nécessité de construire un observatoire. À partir de là, ils peuvent calculer le temps et les cycles (les fameuses roues mayas qui annoncent la fin du monde tous les 48 ans), et les positions où construire les édifices religieux. Okay les amis ?

Observatoire astronomique

Ce qui nous amène à la pièce maîtresse. La pyramide qui a sûrement le plus influencé les chipseries mexicaines. La merveille du monde. Celle où le jour de l’équinoxe, Kukulkan apparaît sur les marches pour rejoindre les hommes. Je nomme : le temple de Chichen Itza.

*TINTINTIIIIIIIN*

Chichen Itza

Bon nous, on y est plein mois de juillet, c’est un chouya moins mystique niveau serpents à plumes. Mais ça n’en reste pas moins trèèèèès impressionnant. Et puis, 2 merveilles du monde en 3 mois, new personnal record. On a aussi le droit à une petite demo d’acoustique du lieu, avec un écho particulier ressemblant au cri d’un oiseau (Kukulkan again ?) qui se répercute sur les différents niveaux de la pyramide.

El Castillo

Dream Team

On finit la visite par des histoires autour du jeu de balles de l’époque et sur les Tzompantli, des espèces d’arbres à crânes qui n’avaient pas pour but d’être terrifiants (à la base) mais de rendre hommage aux sacrifiés.

Juego de pelota

Tzompantli

Comme il fait environ un milliard de degrés sur le site, plein cagnard évidemment, on part pour l’arrêt suivant de notre excursion, le cenote de Dzitnúp. Une nappe phréatique accessible par un puits naturel dans laquelle on peut se baigner, faudra pas nous le dire deux fois.

On se met tous à l’eau, on claque quelques saltos à partir d’une brèche, bref on est tous comme des gosses à la piscine municipale, mais dans un cadre un poil plus sympa.

Dzitnup

Un peu plus loin se trouve notre dernier stop de la journée, Valladolid, une des premières villes des colons espagnols. On se fera un banquet géant avec du guacamole fabuleux (la base) et j’avoue que je me souviens plus du reste. Mais le guac était vraiment chanmé, okay les amis ?

On se promènera ensuite dans la ville (au final minuscule), shooter l’église et regarder un spectacle de danse maya dans le parc central, la pépouzie à l’état pur. On se laisse porter par le guide et c’est pas plus mal comme on était un peu en stress depuis le début de voyage pour rapatrier tout le monde et organiser tout le reste, on s’en excuse encore si on a été relous ou secs ou pas super sympas. Mais là c’est posé, pas de plan foireux, pas d’avion en retard, rien à gérer à la dernière minute, rien, le zen à la Grolet, le kif à la mexicaine.

San Gervasio

Parque Francisco Cantón

Mayas

On rentre tranquillement et pas mal crevé (la chaleur, les tropiques tout ca) et on finit la journée par un petit BBQ entre amigos, autour de la piscine à vider des Coronas aux quarts de citrons verts et à faire des ninjas, définitivement le jeu de la semaine (#kinginthenorth). Okay les amis ?