• Share on Google+

La vache sainte permet elle de transformer un vulgaire burger en un burger saint ? Holy Cow serait il la représentation incarnée du HolyBurger ? Toutes les réponses sont dans la suite.

De l’’extérieur, la burgerette ne paye pas de mine, installée à la place d’un vieux troquet. Mais bon emplacement, juste à côté de la gare, il doit y avoir du monde qui passe par là, et il y a effectivement du monde lors de notre test. Pourtant, la foule doit faire abstraction d’un cadre propre mais particulièrement froid, sûrement dû au carrelage, à l’alignement des tables et des bancs et aux murs vert pâle qui rappellent un hôpital. Concrètement on s’est cru instantanément dans une cantine. Dommage.

Le comptoir - Holy Cow! Lille

Mais passée l’entrée, la grosse liste de burgers sur le tableau nous rassure : beaucoup de choix, menus plutôt abordable, possibilité de double steak (y), même des boissons brandées Holy Cow (le petit thé froid est fort sympatique) bref, le nécessaire est là. La commande est prise au comptoir, avant qu’on ne nous apporte les précieux à table en service express.

Nous voilà donc avec nos burgers tous mignons, servis dans un petit panier en osier. Pas de grande différence entre chaque burger visuellement parlant, tout juste un peu de sauce qui nous permet de s’attribuer le bon. Mais en terme de goût, on est bon : le burger Mexicana nous transporte grâce à son subtil mélange de sauce épicée et de guacamole, quand à coté le Smokin’ Holy Cowboy des grosses dalles (double steak / double fromage / double bacon) fait exactement ce qu’il faut pour honorer son patronyme. Et puis la prise en main est parfaite.

Smokin holy cowbow burger 2 - Holy Cow! Lille

Le pain est maison, sympa et moelleux, les oignons des recettes plus sucrées sont bien confits, la salade fraîche même si un peu trop présente. Le steak est préparé avec un bon mélange d’épices (on a pas le palais pour le définir précisément, on est plus des gros lards que des fines bouches), mais a priori le même mélange est présent dans toutes les recettes, ce qui les rend au final toutes assez proches. Là aussi un peu dommage, car il manque un petit quelque chose.

Les frites elles aussi ont l’air maison, épaisses avec encore une couche de peau croustillante, qu’on peut agrémenter d’une bonne couche de cheddar chaud et coulant.

Globalement une bonne adresse si on veux manger rapidement et pour pas (trop) cher. Par contre si on veut manger peperlito, c’est pas le bon endroit : le cadre est pas fou et puis la maison ne propose pas de café ni dessert.