• Share on Google+

Six seasons and a movie.

Je me sens un peu obligé d’écrire au sujet de Community, parce que j’ai quand même passé quelques heures de ma life à regarder. Concrètement, je me suis englouti les 5 premières saisons en 3 semaines, avant de retrouver le droit chemin pour suivre la dernière en live. Et ça valait tellement le coup.

Pour ceux qui n’auraient pas pris le train au départ mais pas loin de la fin comme moi, Community c’est l’histoire d’un ex avocat, Jeff Winger, qui pour récupérer un diplôme, se retrouve dans un community college avec une bande de misfits tous plus perdus les un que les autres. Et tout tourne autour de ce groupe et de leurs relations, avec quelques interventions d’autres membres de l’école.

Mais en fait ça m’ennuie d’essayer de raconter cette série, tellement chaque épisode a son âme, sa particularité et son lot de blagues géniales grâce à l’écriture de Dan Harmon. Que ça soit Senor Chang, « le chinois fou de Very Bad Trip » qui est toujours aussi barré. Ou claquer un épisode intégralement en 8 bits. Ou baser tout un épisode sur la construction du plus grand chateau de couvertures. Mentions spéciales évidemment pour Troy & Abed et les épisodes déjantés de paintball. Et à Jim Rash qui joue le proviseur politiquement correct toujours borderline (et ses déguisements…). Et l’épisode en mode Dungeons & Dragons (inspirant ou inspiré d’Harmontown ?). Et toute la saison 3 quoi.

S’il faut quelques essais à se mettre sous la dent avant que ça ne prenne à 100%, ça vaut vraiment le coup de plonger dedans pour apprécier pleinement le reste. Une sitcom loin des clichés (et/ou qui en joue à mort) d’un Friends ou un Big Bang Theory par exemple. Plus fou, plus wild, mieux écrit, plus drôle tout simplement. Maintenant que mon binge watching de Community est terminé en même temps que la série, je retrouve un quotidien fade et borné. Mais merci pour ces saisons de feu.

C’était cool. Cool cool. Cool cool cool.