• Share on Google+

On va pas se mentir, on partait avec de gros préjugés sur le Buffalo Burger.

Faut dire qu’avec tout le respect qu’on a pour Buffalo Grill, les mecs sont quand même pas près d’être les rois du burger et on avait un peu peur de tomber dans la chaîne, loin de gastronomie fine. Car oui, Buffalo Burger est la branche à burgers officielle de Buffalo Grill.

Mais il faut avouer qu’ils ont les moyens et l’avantage de se lancer dans le game comme il faut : une grosse équipe, le bâtiment intégralement rénové avec classe, la façade restaurée et la décoration est super soignée. L’inspiration new yorkaise est plus que palpable et pleins de petits détails originaux font du lieu un endroit unique et cosy, malgré la foule qui s’y presse. Gros point LOL pour les tshirts des serveurs à base de jeux de mots bien trouvés, type « Born to be Frites » dans le NPDC, ça se la donne.

buffalo-burger_interieur

Coté carte, on reste dans le simple et l’efficace : cinq burgers classiques, du cheeseburger, du bacon, du bacon cheeseburger, un veggie et une recette amenée à changer régulièrement. Pour l’occasion, on est sur un burger Ch’ti au maroilles. Et surtout, le bonus « vu nulle part ailleurs », le choix entre des frites à l’ancienne et des frites de patate douce qui vous feront venir au moins deux fois. Coté boissons aussi, l’essentiel est là mais rien de folichon, à part peut être la présence de Bud pour se la jouer à l’américaine.

En tout cas, avec une carte épurée et le combo nombre de serveurs fou, ça fuse et ça traîne ni pour prendre la commande ni pour amener les précieux. On avoue avoir kiffé.

buffalo-burger_patate-douce

Des assiettes au coté rétro arrivent donc, avec à bord une bonne cargaison de frites qui viendra compenser la petite taille du burger. Parce que oui, sans vouloir vexer les chefs du Buffalo Burger, la bête a un peu un diamètre de menu enfant, en tout cas pour nos ventres.

Du coup, ça tient bien en main, ça coule juste ce qu’il faut et c’est dès la première bouchée qu’on se rend compte qu’au final, le steak va assurer, c’est lui la star. Cuisson au top, bien saignant, bien costaud, épais comme une paire de Buffalo et croyez nous quand on vous dit qu’il n’a rien d’une semelle. On sent que le background Buffalo Grill à de l’expérience en matière de viande.

Le reste n’est pas en reste tout de même, avec un pain lisse et doré (salut Fabien), la garniture est fraîche et soignée mais un peu légère, on sent un peu le coté grosse boîte qui prend le dessus et que tout doit être calculé au millimètre. Une part de fromage un peu plus généreuse sur les Cheese Me ou les Ch’tis aurait pas été de refus, mais on se dit avec le recul que c’est peut être dû à l’omniprésence du steak.

buffalo-burger_bacon-cheese2

A coté de ça, on a deux petits pots de sauces, mayo et ketchup maison et surtout les frites sont bien, et celles de patate douce vraiment, vraiment (vraiment) très cool, c’est pour le coup la vraie originalité de l’enseigne et c’est super bien réalisé.

Après tout ça, il nous reste un peu de place pour un petit dessert : encore une fois les choix sont assez classiques mais plutôt de bonne qualité. On mettra un petit bonus sur le « french doughnut », le croissant donut à la confiture de lait, #passionsucre.

Conclusion, Buffalo Burger s’est pas foiré : on a un burger vraiment sympa. Son seul point faible serait sa taille et son originalité, pour un prix qui est tout de même élevé.