• Share on Google+

Denver n’était pas le dernier dinosaure. Le dernier, il est à Lille et fait des burgers au Raptor Shack.

Et il a le souci du détail : dans un style un peu fast food très clean, on a le droit à un petit rappel écailles de croco sur les murs. Classe.

La commande se passe au comptoir (fast-food oblige), le design du menu parait un peu cheap, mais les plateaux qui défilent au bout du comptoir donnent un rapide aperçu de ce qu’on peut attendre du Raptor Shack : du fait maison, à la volée, avec de vrais ingrédients frais et entiers. La ligne de conduite est assumée et suivie à la lettre : « make it plain ».

Petit bonus qui fait sortir l’adresse du lot : une fois la commande prise, on nous remet un biper qui se mettra dans tous ses états dès que les précieux sont chauds et prêts. Pratique pour ne pas attendre comme des morts de faim devant le comptoir et ne pas être déçu quand l’alléchant plateau devant vous ne vous est finalement pas destiné. Bienvenus en 2014.

Burger juicy shack 3 - Raptor Shack

Une fois le plateau récupéré, on repasse dans le plus traditionnel, avec un burger sagement emballé dans du papier, mais le nom de la recette écrite avec un petit smiley souriant suffisent à la bonne humeur. Et puis on parle d’un burger avec un bun brioché, steak généreux (potentiellement fourré au cheddar sur le Juicy Shack, just sayin’) et généralement une sauce dégoulinante, bref la compil parfaite du burger réussi. Bon, le steak est un poil sec, surement dû à la cuisson « à point » par défaut. Vous pouvez demander une autre cuisson (juste dommage qu’on ne soit pas prévenu), un steak saignant aurait changé la donne pour nous.

Dans tous les cas, on est sur une bonne tenue en main, un poil dégoulinant, rien à dire la dessus. En terme de garniture, les recettes que nous avons choisi manquent peut être d’une petite touche fraîcheur, une feuille de salade ou un cornichon, car globalement une fois passés le steak et la sauce – certes très cool -, il ne reste pas grand chose. C’est surement là que les frites ou potatoes apportent le complément, grâce à la possibilité d’arroser son paquet de sauce aux oignons caramélisés ou plus simplement de cheddar, simplement parfait. On atteindrait le nirvana avec une option sauce gravy, dit l’auteur jamais satisfait.

Frites cheddar - Raptor Shack

Pour finir, sans casser cinq pâtes à un St-Bernard, les sides font bien le boulot, entre onions rings classiques ou recettes plus élaborées de piments fourrés au fromage. En terme de boissons, on reste en gros sur du soda en tout genre, mais on notera les présences de Dr. Pepper et d’Arizona (qui se démocratisent) et surtout celle du Mountain Dew, (pour les aficionados du sucre) introuvable ailleurs à Lille.