• Share on Google+

De retour à Bali, on se dirige vers le sud et on se paye un autre day off de luxe, dans une villa immense qui nous aura couté la modique somme de 35€ chacun pour avoir trois baignoires, une piscine privée, et des fettucine à la crème de champignons, #classicShit. Et franchement, c’est mérité avec la route impraticable et surtout mes pieds qui se remettent seulement du Rinjani.

On profite d’être dans le sud pour trainer un peu et aller jusqu’à Padang Padang Beach, spot de surf renommé. Et bingo, une compète est justement en cours.

Rip Curl Padang Padang

Bon alors par contre, j’ai pas d’appareil assez puissant pour zoomer sur les mecs en action, donc j’ai une demi tonne de photos rafale des vagues avec un petit point noir dessus, mais rien d’exploitable. Et je pense qu’on est arrivé un poil trop tard pour que ça soit full chillance de surfeurs, mais par principe je retiendrai que j’y étais.

On continuera pépax le long de la plage, à écouter les vagues immenses s’écraser sur le corail, mater les villas à flanc de falaise et juste flâner et se baigner. Le zen à la balinaise quoi.

Padang

On pousse notre promenade jusqu’à Uluwatu, petit temple perché au bord du falaise et possédé par les singes, pour notre dernier coucher de soleil en Indonésie. On fera péter le mie-goreng pour fêter ça aussi, faut pas déconner. Une journée peinard quoi, sans ascension improbable ni découverte folle, juste prendre du bon temps.

Uluwatu

Enfin, on reprend la route pour Kuta, la ville balnéaire par excellence, pour une assiette de nachos au Hard Rock Café, de quoi faire quelques boutiques de surf et se claquer un petit massage balinais avant de prendre l’avion. Mais ce qui est cool, c’est que ce coup ci, prendre l’avion ne veut pas dire rentrer à la maison, mais continuer l’aventure en Australie, parce « regarde, c’est con d’avoir fait toute cette route déjà et de pas y aller, on est pas loin ! ».