• Share on Google+

Bon je vais torcher ça vite fait, parce que ça fait bientôt trois semaines que ça traîne et que j’en suis tout juste au nouvel an.

Mais comme j’ai passé le 31 décembre à me baigner dans la mer des Caraïbes, je me sens obligé d’en écrire une ligne quoi.

Après avoir décuvé des cocktails gratuits de Cayo Guillermo, on traverse l’île du nord au sud, direction Trinidad. Un petit stop à Sancti Spiritù, ville fondée il y a maintenant 500 ans par un pote de Christophe Colomb, Diego Velasquez. On tourne dans le centre ville colonial, le temps de gouter à de la bière fermentée dans une ancienne citerne à essence sous le soleil – autant vous dire que c’était pas la meilleure chose à boire – et de faire un tour sur le plus vieux pont de Cuba qui enjambe le Yayabo depuis 1514.

Un peu plus loin sur la route, une usine de canne à sucre avec une petite démo de la presse à l’ancienne qui transpire encore l’esclavage. Mais on peut se faire un verre de rhum au sucre de canne fraichement pressé, ça rince le goût de la bière.

Como Serafin

Revenons en à notre réveillon. On est arrivé à Trinidad et on part chiller sur la Playa Ancon donc, dans la mer des Caraïbes. Bon bah voilà quoi, no big deal. Il fait 30°, l’eau est turquoise et le rhum est toujours aussi cheap. On tourne aussi pas mal dans la ville – on est quand même là pour ça à la base -, à arpenter les vieux pavés d’origine, à faire un stop pour un verre de Canchanchara (rhum, citron, miel, plus de bonhomme) sur une reprise salsa de Tequila, à grimper dans le clocher pour avoir un panorama sur toute la cité. Du genre (fort) sympa et authentique, loin du capitalisme et de Wall Street.

Trinidad

Trinidad, rooftop

Et puis arrive le soir. Passer la nouvelle année au volant d’une Bel Air, entre langouste et tropiques, c’est quand même un niveau au dessus. En tout cas ça change de la flotte du NPDC ou des engelures qu’on s’est payées à New York.

Belair

Langostas

Et puis faut dire qu’on a droit à un spectacle de haut vol pour le décompte et célébrer la nouvelle année : danse, magie, chansons… Enfin la danse c’était en place et cool, le reste… J’ai quand même du monter sur scène pour aider le magicien à tirer sur des cercles en fer quoi. Je pense que le pire c’était quand même sa veste trop grande.

Les chanteurs par contre, c’était assez incroyable : le mec débarque avec des mocassins imitation crocodile, à la limite de la dent en or, avec une veste pour le coup trop petite, prête à exploser quand le mec aura envie de respirer. Quand il a commencé à chanter un truc dans la mouvance d’un vieux Adamo, on a pas pu s’empêcher de se marrer. Et puis la chanteuse débarque à son tour, dans une robe improbable, mi-sirène mi-Edea de FF8, pour chanter elle aussi un truc degueulasse. Enfin voilà, grosse marade, grosse ambiance, crécelles, serpentins et crackers, bonne année, bisous bisous, bonne santé et tout le reste.