• Share on Google+

On nous en avait dit que du bien, on a testé, on a vérifié la légende. Veni, vidi, vici.

A peine posés que nous déjà bluffés par la carte : du choix, des classiques, des originaux et surtout la possibilité de choisir entre steak de bœuf, poulet ou poisson. En terme de boissons c’est moins bien, mais l’essentiel est là et on ne table pas sur de l’entrée de gamme, particulièrement pour les vins au verre. Bref, on commande, et à la vue des plats qui nous entourent, on s’apprête à se prendre une claque.

En tant que foodporner, on a qu’une envie, c’est de mettre les doigts dessus et de l’enfourner. Et c’est faisable à la main, ça dégouline mais c’est pour ça que c’est bon.

Le Cut Montagnard Burger

Seigneur Dieu.

Le bun maison est doré comme il faut, croustillant dehors et moelleux dedans, tartiné de sauce selon la recette. Le steak est excellent, dégoulinant de sang et de gras, même si la cuisson n’était pas forcément parfaite et qu’on a eu un saignant un peu trop à point, mais on chipote. Niveau garniture, on est dans le bon créneau entre le pas assez et le trop, avec des ingrédients frais qui se marient très bien dans les quatre recettes testées, qu’on arrive à sentir et goûter sans que le tout soit noyé de sauce. Enfin, regardez moi ce fromage qui coule… C’est frais, c’est bon, c’est qualité, c’est le credo de la maison.

Coté accompagnement, on part sur des pommes de terre au four. On vous cache pas que ç’a été quitte ou double pour nous, après avoir essayé les deux restaurants Cut de Lille. Autant on s’est pris une méchante claque la première fois, avec des pommes de terre qui luisaient de gras mais complétement folles. Autant la deuxième fois, elles étaient bien dorées mais surement un peu trop cuites et sèches.

Le Cut Bearnais Burger

Petit bonus en terme de quantité, le burger passe tout seul et les gourmands se laisseront facilement tentés par les desserts, un brownie chantilly boule de glace ou une petite tarte au citron fort sympa.

Globalement, on pleure de joie à manger un burger de ce niveau, faut dire ce qui est. Mais l’accompagnement pourrait être mieux réalisé, et surtout le cadre, un peu cheap en comparaison à ce qu’on y mange. Le restaurant situé rue de Paris a un comptoir de kebab et des murs dépareillés, et celui rue de Puebla est bien fait et propre, mais avec un délire de logos connus détournés, à l’humour discutable. Ce qui ne colle mais vraiment pas avec le reste de l’ambiance. On cherche encore, on ne comprend pas. Mais qu’on soit d’accord, la folie des burgers vaut largement la peine de faire abstraction du décor.

Attention aussi au restaurant rue de Paris qui n’est ouvert que le midi.