• Share on Google+

Je vous avais dit qu’on était plutôt bien tombé sur la chambre ? Parce qu’en plus d’être au dernier étage, on était les seuls à avoir une vue sur les collines de Sienne, plutôt pam’dut’.

View from Siena

Bref, je dévoile la suite de mon programme à ma soon-to-be fiancée : se la jouer touriste jusqu’au bout en décidant d’aller prendre le petit déjeuner sur la pittoresque Piazza Del Campo où un groupe d’asiatiques prend ma femme pour une belle autochtone. Séance photos, cafés et shopping plus tard, on prend la route pour notre destination finale, Cortona.

Piazza del Campo

Là, j’avoue avoir mis les petits plats dans les grands, Relais & Châteaux étoilé au guide Michelin. On a eu bien du mal à trouver (tu m’étonnes, tout à l’ancienne à la carte), on a enfin compris la vrai utilité de la Fiat 500 quand il fallu gravir les routes à une voie double sens à fond de première, muret à gauche, ravin à droite, mais on est bien arrivé au Falconiere, dernière étape de ma demande.

Cortona

Coucou le restaurant qui donne sur les vignes. Forcément, il est 13h quand on arrive, on se décide donc à manger un morceau. On a tellement eu de mal à monter jusque là qu’on ne se voit pas tout recommencer pour essayer de trouver une pizzeria, donc on se pose peinard directement au restaurant de l’hôtel, aux frais de la princesse ce coup-ci.

Bon le problème c’est que moi j’étais bien au courant des prix pratiqués dans l’endroit, et la note du repas de midi devient particulièrement salée. « Mettez ça sur la chambre ». D’un autre côté, on sent l’étoile Michelin qui transforme de vulgaires pâtes au pesto en repas des dieux. Et je parle pas des tranches d’espadon rôties aux fruits de la passion, mamamia.

Espadon fruits rouges et pâtes au pesto

Bref, on a ensuite pris nos quartiers dans notre suite, avec spa en sortant à gauche, piscine en sortant à droite, plutôt sympa. Je préviens madame qu’il vaudrait mieux profiter de la piscine tout de suite, tant qu’il fait beau et surtout avant 17h, parce que je lui ai booké un massage aux huiles aux extraits de vin rouge. Là concrètement, j’ai enfoncé le clou pour mon weekend parfait, même si je gardais toujours le numéro des déménageurs bretons dans mon répertoire si la fin de soirée se passait mal.

Je récupère ma femme complétement stone du coup après son massage, qui se dirige instantanément vers la salle de bain pour finir la soirée dans un bain, pépouze en pépouzie. La encore, péripétie : madame décide de mettre un peu de mousse dans l’eau. Jusque là tout va bien, mais en activant le bain à remous en même temps, on s’est retrouvé avec une tonne de mousse partout dans la salle de bain. Obligés de finir comme des gosses à se battre dans la mousse avant de se préparer pour le repas du soir en camouflant mes coups de soleil à grands coups de fond de teint. Elle a bien compris où tout ça menait, hors de question d’être rouge fluo sur nos photos.

Il Falconiere

Du coup je pousse jusqu’au bout l’attente possible, en laissant passer le champagne, les entrées, le plat et même la (folle) farandole de desserts (pas toscans) avant de finalement faire ma demande. Elle qui était si sûre de ne pas pleurer en ayant deviné au fur à mesure le pourquoi de toute cette escapade romantique, n’aura pas fait le poids quand je me suis mis à genoux et demandé si elle voulait devenir ma femme. Elle a dit oui, tout simplement. Et paf, ça a fait des chocapics, sans la bague arroseuse ce coup-ci.

The Ring

Maintenant fiancés, on peut repartir en France, après avoir réglé la note de l’hôtel bien sûr. La réceptionniste me demande si tout s’était bien passé (le personnel était au courant de ma demande) et si elle avait dit oui, ce à quoi je réponds positivement. Elle me montre alors le repas de la veille au midi qui n’était pas compris dans la prestation et l’a rayé en ajoutant « Alors ça c’est pour nous ». Le genre de geste auquel on ne s’attend absolument pas de la part de ce type de lieu, complètement fou.

Bref, comment on dit « weekend parfait » en italien ?