• Share on Google+

BOUM, match d’ouverture de la Ligue 2, RC LENS – CA BASTIA, on y était.

Ca faisait sacrément longtemps que je n’avais pas foulé les tribunes du Stade Bollaert, honte sur mon âme de Chti. En même temps, il est loin le temps où le RCL trustait les places du haut de tableau et où Tony et Pascal faisaient frétiller la moustache de David. Depuis le trio de matchs en Champions League, j’ai dû faire un Monaco époque Evra/Giuly/Morientes et peut-être un Lyon en Coupe de la Ligue. Enfin bref, ça fait longtemps.

Mais ça c’était avant. Le Racing se sent bien en L2 depuis quelques années. Mais (encore un retournement de situation), maintenant que Gervais est revenu aux commandes, on arrête les conneries : association avec un milliardaire azéri, recrutement de ouf et Kambouaré sur le banc, si avec tout ça on est pas en Champions League dans 3 ans, je comprends pas. On a presque envie d’y croire, et c’est bien pour ça qu’on va soutenir l’équipe cette année (enfin, au moins ce match).

Et quelle émotion. Retrouver le public, croiser sans honte les maillots Shopi et les Ola, les écharpes PSG-RCL, la concentration vue nulle part ailleurs de frites-fricadelle-samouraï… On y est quoi. A trop trainer avec les parisiens, les picards et les lillois qui n’ont jamais connu la ferveur d’un Bollaert on fire, j’en aurais presque oublier mes racines. Du coup on fait péter la frite, entorse au règlement avec une sauce hannibal pour moi ce soir, mais je suis un déglingo.

Une photo publiée par @dw19ht le

frites

Je suis un peu à la ramasse aussi niveau chants de supporters, visiblement, ça a pas mal changé depuis mes dernières visites. Il y a toujours l’éternelle marseillaise Lensoise, les Corons à la mi temps, ça, ça va. Mais j’étais paumé sur le reste, à part quand c’est parti sur un bon classique des 90’s :

Faut imaginer 30 000 personnes qui chantent le refrain pour soutenir des joueurs de foot, c’est quand même assez génial. Sinon, niveau match, bon bah on est à Lens hein, donc il se passe pas non plus grand chose, à part des têtes immanquables manquées ou des poteaux de Ljuboja, la faute à pas de chance. Et puis l’entrée de Gbamin, avec le numéro 33 et une bonne référence rappelée par le supporter derrière moi.

stade

Un bon gros 1-0 à la lensoise donc, contre le promu de National, en ayant marqué sur penalty. Folie dans le stade, tour d’honneur et bamboula jusqu’au petit matin. Tony, tu nous manques. Bollaert, tu m’avais manqué.