• Share on Google+

Vous savez à quel point je suis croyant et par extension à quel point j’aime Noël. Mais s’il y a bien une chose qui rend Noël aussi magique, c’est sa collection de bières d’hiver.

Du coup, on a fait un peu de shopping – plaisir d’offrir, joie de recevoir – et on a été gâté cette année. On va dire qu’on est un peu sorti des sentiers battus de grandes surfaces. Je vous propose de regarder d’un peu plus près la séléction 2013. Les bièèèères !

creche

De gauche à droite : Brewdog, St Bernardus, Anosteke, Page24, Ch’ti, Delirium ambrée, Goudale, Bush, Grain d’Orge, Choulette, Bellerose, Hoegaarden, Delirium blonde, Leffe, Père Noel. Sans oublier évidemment en plein centre, le joyau de la séléction, le Jesus de notre crèche, l’étoile sur notre sapin  : la Stella Artois edition Custom de Noël. LOL.

stella

Une vidéo publiée par @dw19ht le

Quinze bières, pour quatre bonhommes, on en a tout juste bu la moitié. Le classement est sûrement un peu faussé, mais comme je pense pas qu’on aura l’occasion de baller déguster le reste, on va se contenter des neuf premières. Mettez vous le même mix de Noël que nous ce soir là, et en route vers les routes enneigées et houblonnées.

Cliquez ici pour envoyer le megamix de Noel (non, vous ne voulez pas le rater).

#9: Grain d’Orge

Une des grandes prétendantes au départ, une des grandes déceptions au final. Pourtant numéro 1 de l’édition 2011 (d’après le jury de l’époque, je n’en faisais pas partie), (après vérification, elle n’a jamais été numéro 1, navré) la Grain d’Orge est une des seules de la sélection où le jury est unanime. Et qui finit même derrière la Page24. Pour vous dire.

#8: Page 24

Bonne dernière des éditions précédentes et encore une fois dans une position catastrophique. On espérait encore que ça soit parce qu’on la testait tard les dernières fois, mais la c’est officiel, à moins de faire partie d’un pack exceptionnel, on ne la reverra plus dans la compétition. Même bue en étant encore sobre, ils ont décidé de vous éliminer, et leur sentence est irrévocable.

#7: Bush

J’avoue ne plus me souvenir du tout avoir bu cette bière. Je vais me contenter de relayer ce que j’avais pris comme notes, avec les fautes de frappe de l’homme bourré : « onse rapporhce un peu trop de la bier pour faux punk a iench« .

 #6:  Leffe

On commence à entrer dans les bières qu’on peut boire pour le plaisir et plus pour la soif. Enfin. Une des rares « grandes marques » à faire une bière de Noël convenable (oui, la fausse Stella est prise en compte) et du coup à se retrouver dans le classement. Je l’aurai bien mise une place au dessus, mais je ne suis pas tout seul à faire le classement.

#5: Delirium blonde

La bière du compromis. La moitié du jury la trouve à deux doigts de faire de la Page 24 une cuvée millésime. L’autre à deux doigts de signer un contrat d’exclusivité à vie pour ne boire que ça. Je fais partie de la première pour une raison simple : cette bière sent beaucoup trop comme de la Royco Minute Soup. J’ai envie d’y mettre des croûtons à l’ail.

Définitivement non.

#4: Ch’ti

Classement de bières, ça n’est possible que dans le NPDC je pense. Assez fidèle à la Chti classique, on sent la couche de Noël sans pour autant dénaturer ou t’arracher le palais. La Chti en ambassadeur des terres locales avait donc son coup à jouer et se positionne à une marche du podium, battue sur le fil par un des ténors de la compétition, la…

*INTERLUDE ON CHANGE DE MIX*

(C’est la Chti qui nous a mis dans l’ambiance)

#3: St Bernardus

Bien placée les années précédentes, le juste milieu de toutes les bonnes bières de la sélection, pas trop forte mais avec du caractère et un gout unique. What else ? Une bière sponsorisée George Clooney.

 #2: Bellerose – #1: Anosteke

Je crois qu’on hésite encore pour les médailles d’or et d’argent. Disons qu’encore une fois, le jury est divisé en deux, mais tout le monde est d’accord sur les deux premières. Finalement assez proches en terme de goût, l’Anosteke en a un peu plus dans le froc et en impose justement plus. Mais à l’inverse, la Bellerose se boit plus facilement, parce qu’un poil plus légère.

On arrive pas à se décider sur la question : vaut il mieux une bière couillue, quitte à n’en boire qu’une, ou alors une plus légère pour en boire plus ? On a réglé le dilemme grâce à notre référent en arts, qui a jugé l’étiquette de l’Anosteke plus belle, même si mal collée. Verdict, Bellerose #2, Anosteke #1.

Dans tous les cas, les deux sont un cran au dessus. En attendant peut-être qu’on remette ça pour tester toutes les autres. En tout cas, je vous assure qu’elles vont pas croupir dans le frigo, parole de chti.