• Share on Google+

Je vous avais promis du pop corn et des squelettes.

Bon il y a eu mésentente sur le popcorn, mais show pour Halloween oblige, on a pas fait les choses à moitié une fois arrivés à Nancy. Imaginez le même bordel en moyenne que sur le tour en Italie, en combo avec combinaisons de squelettes pour tout le groupe. BOUM.

squeletteparty

maracas

Maintenant je sais ce que c’est que de jouer dans Slipknot, et ça approche l’enfer entre le masque étouffant et le haut de la combi qui a bien failli m’étrangler plusieurs fois.

On a aussi eu droit à une attaque de l’ingéson sur le guitariste – « Vegan Agressor », qui n’a pas réussi à contenir sa rage alors qu’il venait simplement replacer un micro, #teammeat. Et puis évidemment, ça s’est fini au milieu de la foule sur Running With Sharp Scissors, entre visages familiers et fans de Slayer et Pantoche. C’est un peu devenu notre « clou du spectacle » maintenant. On cherche des idées pour aller plus loin, envoyez vos dons créatifs à dw19ht at gmail dot com.

cesar

Tous les crédits photos squelettes pour Yael Paris (facebook ici), qui nous a même improvisé un shooting pour loubards d’après concert, et tout en argentique. Bravo monsieur. Du coup, je suis le seul connard à pas avoir eu le temps de me rhabiller normalement, un des problèmes d’être batteur.

hasselblad-Scan-131104-0012

Je vous gave de photos parce qu’elles sont cools et que j’en ai pas des dates suivantes. Sûrement parce que la date en Suisse était d’une froideur sans pareil (me mettre une manchette sur le handclap de Drifting, vous avez été les seuls à le faire amis suisses). Mais Pigs, la headline avec le bassiste d’Unsane, c’était sacrément bien. Et la bouffe sacrément bonne. Et bon, on a quand même passé la nuit dans un abri anti-atomique reconverti. Vous êtes pardonnés.

Et puis il reste cette date à Berlin, incarnation du rock’n’roll. On débarque à la bourre dans une cave de l’ex Berlin Est, on court pour aller voir de nos propres yeux la porte de Brandebourg, le Reichstag et les restes du Mur, symboles du siècle dernier. On enchaîne des litres de bière polonaise – ne pas trahir sa patrie -, on s’installe à moitié bourré et encore en dilettante du touriste avant d’envoyer le show le plus savate de la tournée : pas de blagues potaches, pas d’invasion de scène ni de simulation de sodomie, juste trois quarts d’heure de bagarre, de guitares qui volent, de crépis qui s’effrite à chaque coup de basse, de cymbales cassées et de public qui fout le bordel avec nous. Bref, c’était souverain. Comme le Vicks en temps de nez qui coulent. Souverain.

Une photo publiée par @dw19ht le

[EDIT] La petite vidéo qui va bien des deux semaines de WTF :