• Share on Google+

Je reviens tout juste d’une petite tournée avec les Branson (enfin tout juste, c’était mardi, mais le temps d’écrire, de déprimer en retournant au boulot et tout…) et c’était fort cool.

aafarewelltour

Premier arrêt à Bordeaux. Je m’enfile un hot dog ou deux (parce que le Kelly’s a fermé, PUTAIN) et je me retrouve à faire le mariole dans la cave du Saint Ex. Hauteur du plafond : 1m60. Autant vous dire que j’ai passé 30mn en brutal pose, en essayant d’éviter de me relever brusquement, ce que j’ai évidemment raté plusieurs fois. Le plafond et ma calvitie en ont pris un coup, et tout ça pour prouver que je ne sers pas à rien dans ce groupe (rappelez vous la dernière fois à Bordeaux).

Hazebrouck a eu des airs de Bordeaux sans son aussi, à cause d’un larsen de micro incontrôlable ce qui a valu à l’improviste ingéson de couper mon son en tentant de résoudre le problème… sans jamais le remettre. Je tairais le nom du coupable, je ne peux pas lui en vouloir d’avoir rendu le show meilleur sans ce larsen. Mais du coup, lancer l’intro d’un morceau quand t’as pas de son, c’est pas possible. Tu te rends compte que t’as passé 6 morceaux sur 8 à gesticuler sans sortir une note,  (là où c’est pire) sans le savoir et (là où c’est encore pire) sans que personne ne s’en rende compte. Inutilité du musicien. J’en profite aussi pour dire bravo au batteur des Prestige qui a fait le boulot malgré une angine d’enculé ce soir là.

Eindhoven, où plutôt Sittard a été le top du n’importe quoi. A commencer par le top de l’ingéson, copie conforme du J-Man, top de la foule – càd les groupes + deux hollandais + Million (cimer). Qui dit autant de public dit déchainement sur scène, en commençant gentiment par The Prestige qui se permettent de jouer Hooks & Lips pour se chauffer pour le lendemain. On reste finalement assez sage aussi chez les Branson, avec juste un petit slam sur Wolf Speaker et quelques coups de savate dans le tom basse.

Le vrai cirque commence quand Admiral’s Arms entre sur scène avec ça, s’ enchaînent 2-steps dévastateurs, gorgées de bière à chaque sifflante de Jamie, featurings en veux tu en voilà, pyramide humaine sur scène et final à jouer sur le tom basse de Mus sur The Park.

Comme on s’est vraiment marré, on décide de remettre ça sur la date à Paris le lendemain. Mais l’émotion prend le dessus, comme c’est le dernier show des AA à domicile, devant 250 personnes. On remet le coup de la pyramide humaine, mais les vrais moments forts sont le featuring de Vincent (Aqme/The Butcher’s Rodeo) qui a mis une claque à tout le monde et le lancer de basse sur balcon. C’est quand même fou de se dire qu’on aura plus le droit à la voix d’Hendrick en live (bordel de merde, frissonnade à chaque fois sur la fin de I Know How To Define Zero). C’est au bord de la larmichette que le groupe quitte la scène. Peut être le plus triste et le plus beau moment de la tournée.

Yesterday night was awesome. Thank you all so much. Next stop: London. #awesomecatering #admiralsarms #farewell #theprestige #stayclassytour #buffordtannen #divandumonde #iscreamasso #lettinggo #friends #sadness #love #ontour #cake #lesgateauxdebarbara

Une photo publiée par Branson (@bransonband) le

Enfin, ex-aequo avec le godemichet dans les bouchons qui nous menaient au Black Heart, Camden, Londres. Après un fish & chips sur un ferry attrapé tout juste, on passe 4h dans les bouchons, à faire marrer les cars de touristes allemands avec le van licorne (comprenez, un van avec un faux sexe ventouse sur le pare-brise), entre simulation d’actes et regards embarrassés, jusqu’à courir coller l’engin sur les fenêtres arrières de l’autre van en prenant la fuite lâchement dans la file qui avance le plus vite.

Forcément, ça nous fait arriver après l’heure à laquelle on était censé jouer, donc on monte le matos en urgence et tout juste 15 mn après être descendu du van, The Prestige envoie le bois comme il faut depuis le début, avec un petit bonus vénère sur le dernier riff de Backward : Seb (AA) prend la guitare d’Alex qui part chanter au milieu du public pour le final le plus bordélique (en bien) qui soit. Voilà, un petit tour à Camden, entre fish & chips et bubble tea accompagné de notre inestimable Berzerker, quelques « ta mère la pute » (tic de langage) et on rentre au bercail.

Merci Matthew et Alex pour tout, merci le Saint Ex, merci le Shaka Laka et les Dirty Pleasure Promotion, merci Ralph et Elsa pour les Pays Bas, merci les filles d’I Scream Asso pour le Divan du Monde, merci Ch’Fourchette et Max pour notre premier show à Londres. Merci Alex (encore une fois) pour avoir remplacé comme il fallait Cory sur Maunder’s Tale, merci The Prestige et Admiral’s Arms pour le fun et la bromance et bien sûr merci à tous ceux qui sont venus guincher avec nous.

Thank you London. And thank you all for the memories. #admiralsarms #theprestige @getberzerker @emizzlevandizzle @wearetheprestige #stayclassytour #london #camden #endofera #AAfarewelltour #love #sunrise #pizza #cats

Une photo publiée par Branson (@bransonband) le