• Share on Google+

L’avantage des vols pas chers, c’est justement qu’ils sont pas chers. Genre un petit moitié-prix pour Paris – Montreal, ça fait plais’ (avec un couscous merguez).

Par contre, c’est forcément au prix de certains sacrifices, par exemple une « escale » de 20h (vingt heures) (VINGT HEURES), présentement à Amsterdam.

Oui, c’est long.
Très long.
Mais moitié prix.
Mais trèèèès long.

AMS-YUL, H-20h
On arrive tout frais de Paris, sans encombres ni turbulences. L’avion met déjà bien un quart d’heure à traverser ce que je présume être l’intégralité des pistes. On s’assure qu’on ait pas à récupérer nos bagages et qu’on puisse bien sortir de l’aéroport et on tombe sur un Burger King. Merde, c’est les vacances, on s’accorde un whopper, et de toute façon on a clairement le temps.

AMS-YUL : H-18
Après s’être assurés que nos bagages partaient directement pour le Canada, on se décide pour sortir de l’aéroport et tenter de trouver une chambre, qui nous fasse pas regretter d’avoir pris un vol pourri mais pas cher. Comme on peut rien choper à moins de 60? la nuit + 9? A/R, on comprend bien vite qu’on est condamné à passer la nuit ici.

AMS-YUL : H-17
C’est con, on avait repéré des sièges plutôt cools et confortables. Sauf qu’on est sorti du terminal pour trouver une chambre. Double combo banane.
La galerie marchande est pas aussi grande qu’on aurait espéré et même en errant une heure et demi avec un Mountain Dew Voltage à fouiner les guides de voyages, bah on est toujours autant de la baise.

AMS-YUL : H-15.30
Tentative désespérée de retourner dans le terminal pour retrouver les sièges trop cool qu’on avait vu. Tout a bien l’air fermé, mais il reste un vol à embarquer : on se faufile discretos pour repasser la douane incognito.

AMS-YUL : H-15
Mission réussie, on est de l’autre côté et on trouve un lounge où on va pouvoir passer la nuit. Avec vue directe sur la piste d’atterrissage. Ça fera le boulot pour la nuit, mais dès que le soleil va se pointer, adieu sommeil. Cadenassage des sacs, doudounes et sweats polaires, chaussettes double épaisseur, parés à dormir.

AMS-YUL : H-14.45
Deux chinois discutent et se marrent à côté de moi. Fort. Je tente de camoufler avec un Stray From The Path.

AMS-YUL : H-14.35
Aucune chance de réussite. Les deux relous ne la ferment pas, malgré mes éructations type trop-de-bruit-dans-la-salle-de-cinéma. La nuit se raccourcit à vue d’?il, donc pas le choix : soit je leur pète la gueule, soit je dors pas.

AMS-YUL : H-14.33
En fait ils sont trois. Et il y en a un baraque. Je me raisonne et lance NBA JAM. BOOMSHAKALAKA, je mets une pilule aux Atlanta Hawks sur un gros Schoolboy Q.

BOOMSHAKALAKA

AMS-YUL : H-14.30
BOOMSHAKALAKA, les Lakers me défoncent, ring of fire à foison.

AMS-YUL : H-13
J’ai fini le jeu, victoire finale dans le derby de Floride contre Orlando. Lebron James FTW.
On dirait que les chinois se sont endormis. Instant choisi pour la femme de ménage pour laver le sol. Elle abandonne sous mon regard menaçant et je peux enfin dormir.

AMS-YUL : H-8
C’était haché menu, mais j’ai presque dormi 5h. #halleluja. On recharge les batteries au Starbucks, autant les humains que les iPhones et on reçoit un appel d’une amie hollandaise qu’on avait rencontrée en Australie, partante pour venir trainer à l’aéroport avec nous. Un peu de compagnie. Hell yes.

AMS-YUL : H-5
On aura mis du temps à se retrouver mais on y est enfin, les batteries sont pleines, on peut bouger du terminal et on se pose dans un café avec la spécialité de la région, une saucisse (d’où mon super titre génial).

Il fait beau, il est 10h du matin, On bavarde, on bavarde, un café en entraînant un autre, les saucisses entraînant les nachos – normal -, si bien qu’on se retrouve finalement presqu’à devoir courir pour choper notre vol, après avoir glandé près de vingt heures dans l’aérogare. Mais on y est enfin.

AMS-YUL : H-0
Amsterdam-Montréal, enfin. Je suis à côté d’un sosie de Justin Timberlake pour les 7h de vol. Mais il est sage et ne chante pas.

On atterrit, je dois faire fouiller mon sac par le sosie d’Adam Devyne des Workaholics, qui se fout de ma gueule parce que je dis tout le temps « du coup ». Je me fous de la sienne en lui demandant « Are you flexing ? » ou en répondant « It´s danger » quand il découvre le morceau de comté que je ramène pour mon hôte. Évidemment il ne comprend pas, mais il me laisse passer.

Et puis on y est. Montréal, QC. Enfin.