• Share on Google+

Dans une contrée lointaine, perdue dans les montagnes alpines, se trouvait une maison de vacances, donnant sur le lac.

On aimait s’y retrouver et se prélasser sur le ponton, voire même y faire un tour de barque dans le calme et la sérénité. La Savoie, ses fromages, ses paysages purs et revigorants, sa charcuterie, on y était.

Après quelques heures de route, détours, dépôt de pigeons, routes de montagnes fils de pute de GPS, on est de retour au lac d’Aiguebelette et le programme n’a pas changé de la dernière fois.

On traîne toujours sur le ponton recouvert d’indice 200 pour éviter de devenir couleur langoustine, on se partage des litres de bière et des kilos de saucisson (toujours sur le ponton), on claque les gnocchis au BBQ et quelques autres tonnes de saucisses beaufort/moutarde/piment d’Espelette/j’en passe et des meilleures.

Sauciflex

On fête le retour de Dwight McTimber, on tranche du bois pour le barbecue, la hâche est devenue mon arme de prédilection. On part sous 35° en pleine montagne pour aller admirer la Dent du Chat et sa vue sur le lac d’Aix les Bains. La montée a été rude, à base d’échelles et de cordes pour franchir les ravins ou les arbres qui entravent la route, mais le spot du Molard Noir de Saint Jean De Chevelu (ça ne s’invente pas) vaut le détour.

Ramdo

Dent du chat

Oui, « randonnue » dans le titre, c’était purement racolleur et pour choper du trafic Google.

On a retapé la barque aussi. Ponçage, mastiquage, peinturage. Ma seule vraie déception, c’est d’avoir eu à choisir entre la mettre à l’eau pour en profiter la dernière journée ou peindre des dents de requin sur l’avant sans pouvoir monter dedans avant la prochaine fois. Au détriment du style, on a choisi de préparer l’embarcation pour un tour de lac. Mais pas que. Nous sommes partis bien équipés, fusils à eau dissimulés sous le bateau, prêts à être dégainés. Et il n’a pas fallu attendre longtemps avant que la troisième guerre mondiale soit déclenchée.

Watergun

Avec tout ce bordel, j’en ai perdu mes plugs. Condamné à éventrer chaque poisson pour voir s’il les a pas bouffé. Condamné à avoir l’air d’un con avec des oreilles pendantes pendant quelques jours. Condamné à les remplacer en urgence par autre chose, type macaroni ou tire-bouchon. Mais c’était sans compter l’aide de @TheBuzz, qui m’a concocté deux bijoux en résine à bateau, celle là même qui avait rebouché la barque le matin. On a la classe, ou on l’a pas quoi.