• Share on Google+

Celui là aussi je l’ai dans les cartons depuis un bout. Genre à la base, ça devait être THE post référence pour avoir une B.O. mortelle cette été, sur la plage et sous les cocotiers. Du coup, EPIC FAIL. Je vais essayer de vivre avec.

Alors je l’ai un peu aménagée, entre les albums que je comptais mettre il y a deux mois, ceux qui ont effectivement tourné, ceux qui n’auraient pas dû tourner, et je fais le combo max avec ceux qui viennent tout juste de sortir ou pas encore.

Bref, tout de suite, la sélection :

To Speak Of Wolves – « Find Your Worth, Come Home »

Find_Your_Worth_Come_Home_CoverOn enregistrait en même temps qu’eux à Atlanta à une semaine près, l’équipe du petit frère de Spencer Chamberlain envoie sévèrement du pâté. Évidemment, ça sonne très Underoath, mais avec une voix différente et des gros patterns de batterie toujours justes, dignes des grands rouquin ou moustachu. Pour être passé 46x en une semaine, il reçoit haut la main le label « dw19ht certified ».

Hits : Hivemind, Stand Alone Complex, Je Suis Fini.


From The Eyes Of Servants – « Change The World »

From-The-Eyes-of-Servants-Change-The-WorldAmis fans de Comeback Kid, cet album ne devrait pas vous échapper. Rapide du début à la fin, hargneux et sans concession, une voix hurlée qui rappelle les grandes heures de Close Your Eyes, tout est là pour une demi heure de savate gratuite (leur album est en téléchargement libre).

Hits : Choose, Empty Soul, One Chance


Dreamer  – « Concord »

dreamerPetit achievement personnel comme c’est aussi un des groupes qui a enregistré en même temps que nous à Atlanta et beaucoup de souvenirs comme c’était le seul CD qui traînait dans la voiture de Goldman pour monter à Nashville. EP sans prétention mais qui deviendra grand, un chanteur incroyable. Simple et efficace tout le long, tous les morceaux sont contraints à vous rester dans le crâne quelques heures avant que vous n’ayez envie de les réécouter.

Hits : tout, absolument tout.


Architects – « Daybreaker »

architectsTrès attendus pour savoir à quel point ils allaient passer du coté fiotte ou retourner du coté des grosses couilles, Architects nous a re-sorti un compromis. Plus patate que celui d’avant quand même, au moins les vrais bons morceaux sont vraiment mortels et l’ensemble passe tout de même mieux que le mix néo-emo de l’album précédent. Et puis bon, il y a le « BLEGH! » magistral du chanteur de Stray From The Path sur Outsider Heart.

Hits : Alpha Omega, These Colours Dont Run, Devil’s Island.


Such Gold- « Misadventures »

suchgoldL’album avec lequel j’aurai rêvé passer mon été mais qui ne sort que maintenant. Toujours hybride entre punk et hardcore baigné de soleil, énergique et évidemment positif, cet album est le mix parfait entre Lower Than Atlantis et Four Year Strong. Such Gold donne juste envie de sortir quelques kickflips, de faire du roller sur Venice Beach ou de rider les plus grosses vagues du Pacifique. L’album du soleil et de la bonne humeur.

Hits : Comitee Circus, Another Day, Two Year Plan.


Upon A Burning Body- « Red. White. Green. »

uabbOpération savate avec les texans d’UABB. Deathcore dopé au chili mexicain, aux allures de Parrain ultra sapé, le tout largement arrosé de tequila, Red. White. Green. est déjà un nouvel incontournable du genre. Je les ai ratés sur leur dernière tournée, vous pouvez être sûr que j’y serais la prochaine fois.

Hits : Sin City, Texas Blood Money, Once Upon A Time In Mexico.


Memphis May Fire- « Challenger »

memphismayfireUn peu la blague de l’été. Tout juste un an après avoir sorti le plutôt cool The Hollow, ces texans là n’ont rien trouvé de mieux que de sortir une pâle copie de leur effort précédent. Même sauce, mêmes arrangements, à peu de choses près même album. Le seul point positif réside dans leur titre, qui me rappelle une soirée à base de « New Challenger ! » pour désigner le prochain à boire de la chartreuse dans un nombril.

Hits : mystère.


Gojira – « L’Enfant Sauvage »

Gojira-Enfant-SauvageUne tuerie.

Ultra puissant, très technique et toujours aussi massif. A l’inverse de Memphis May Fire, les bordelais ont su resté eux mêmes et pourtant nous sortir une nouvelle galette, je ne vais pas dire pleine de surprises, mais encore différente. Juste un album fou, incroyable, whatever, tout ce que vous voulez.

Hits : L’Enfant Sauvage, Liquid Fire, Mouth Of Kala.


The Overseer – « We Search, We Dig »

wesearchwedigEux aussi passés par la case Glow In The Dark, – dire qu’on a écouté des mix de leur album en allant au Vortex… – ça transpire encore une fois les jeunes bercés au Lost In The Sound Of Separation. Les intonations gillespiennes sont latentes, les breaks ont déjà été vus, mais c’est bien exécuté. Pas de quoi casser cinq pattes à un Saint Bernard, mais c’est sympa comme tout et vaut le détour.

Hits : Secrets, Amend, Dreamer.


For The Fallen Dreams – « Wasted Youth »

ftfdOn les attendait après leur demi-virage sur l’album précédent, bah on a attendu pour rien : le combo du Michigan nous ressert la même sauce sans sourciller. Toujours efficace, des beatdowns à gogo et toujours les échanges avec la voix claire pour se rapprocher un peu plus du public d’ADTR. Plus abouti que l’album d’avant, mais encore loin, très loin de la bagarre que nous proposaient les deux premiers albums.

Hits : Hollow, Sober, Your Funeral.


Pierce The Veil – « Collide With The Sky »

piercetheveilJe reconnais que j’ai du mal avec eux. Sûrement à cause de la voix du mec et son timbre « slip trop petit ». Mais je reconnais que cet album est bien écrit et représente à merveille leur style. Rapide, mélodique, parsemé de touches mexicaines – sans doute l’air de San Diego – avec des guests aux prestations de haut vol (Kellin Quinn – Sleeping With Sirens, Jason Butler – Letlive.). Particulièrement entêtant et réussi.

Hits : Hell Above, King For A Day, Bulls In The Bronx.


General Lee – « Raiders Of The Evil Eye »

gl-raidersAutant vous le dire tout de suite, ça sera l’album de la rentrée.

Ils ont remis le couvert au Boss Hog Studio, plus fort, plus hargneux et en général vachement moins doom. J’en dévoile pas trop parce que je sais que je vais chroniquer ça plus en profondeur, mais dites vous juste que ça devrait laisser un bon nombre de traces dans les calebards.

Hits : The Witching Hour, Medusa Howls With Wolves, The End Of Bravery, Running With Sharp Scissors.


The Elijah – « I Loved, I Hated, I Destroyed, I Created »

I-Loved-I-Hated-I-Destroyed-I-Created-coverPour finir, un petit rappel sur The Elijah, la chronique complète est dispo sur ATRTV.

Pour faire court, si vous êtes à fond sur Devil Sold His Soul, ça devrait vous plaire. Lent, puissant, ultra arrangé (dommage d’ailleurs), planant et badant. Vite relou, mais les quelques morceaux qui sortent du lot valent la peine d’y jeter une oreille.

Hits : In Misery, I Loved, In Regret