• Share on Google+

I Am War, le « groupe » qui rallie les deux vieux potes, Alex Varkatzas – chanteur d’Atreyu – et Brandan Schieppati – chanteur de Bleeding Through. Ca sonne pas mal sur le papier, ayant pas mal écouté l’un et l’autre.

A peine avoir lu le titre, « Don’t Worship Assholes », on a bien compris qu’on va pas jouer dans la catégorie finesse. 200 bpm minimum requis pour n’importe quel morceau, c’est gras et transpire le trash METAAAAAAL. « The Poisoning » se démarque par un chant un peu différent, des gang vocals bien sentis et un beatdown qui fera sortir les poings dans le pit. Dans le même esprit, « Bat Out Of Hell » et son intro de double kick tabasse littéralement, à 2000 à l’heure et sans concession. Simple, efficace, savate.

Le problème, c’est l’impression de n’avoir qu’un morceau tout le long de l’album. Pas ou peu de variations, ni dans les riffs, ni les intonations, ni quoi que ce soit d’autres, tant ils ont joué la carte de la bagarre. Ca devient vite répétitif, le tout est noyé dans un océan de distorsion et de double pédale et même moi je décroche après 5 titres, ce qui est assez révélateur quand tout le CD ne dure que 26mn pour 13 chansons. Dommage.

Alors je ne sais pas si c’est un groupe fait pour marcher, ou juste pour se marrer peut être à l’instar d’Austrian Death Machine. Pour se motiver à lever de la fonte, c’est parfait, mais ça s’arrête là. Dans tous les cas, fans d’Atreyu, Bleeding Through et chugga chugga, vous devriez y trouver votre compte. Les autres, passez votre chemin.

iamwar