• Share on Google+

Je pense que quand The Chariot sort un album de nos jours, on peut qualifier ça d’événement. Au vue de leurs sorties depuis The Fiancée inclus (enfin, à mon gout évidemment), ils méritent bien ce titre.

N’y allons pas par quatre chemins, «Forget » qui ouvre ce One Wing a tout du Chariot que l’on connait, violent, désorganisé, des punchlines fédératrices et une énergie à revendre, à l’image de leur artwork. « Not » a toujours ce côté anarchique au départ avant de doucement se construire de façon plus classique, jusqu’à une outro puissante portée par un spoken incroyable. Oui, il y a toujours les morceaux pour la bagarre et les feu-envolées de basse, comme «Love. » ou «In ». « and » reprend le flambeau à merveille là où l’avait laisséCalvin Makenzie deLong Live.

Mais ceux qui ont jeté une oreille plus qu’à répétition comme moi sur les précédents albums, savent que l’intérêt même des Chariot ne réside plus dans 10 titres de brutalité chaotique incontrôlée.

On s’attendait à de nouvelles petites pépites camouflées, ou plutôt assumées, et on ne sera pas déçu. «First » en est la plus improbable, avec plus de deux minutes de western et ses coups de fouet (désolé de vous gâcher la surprise, mais on ne peut pas faire impasse sur ce morceau). L’utilisation de triangles ou de vibraphones en sont d’autres. Le long sample duDictateur, supporté par une magnifique montée en puissance instrumentale en est une autre.

Et puis parmi les ‘surprises’, on tombe sur «Speak ». Un titre – qui comme son nom l’indique ? – se compose uniquement d’un chant hurlé et sincère de Josh Scogin accompagné au piano. Deux minutes douze, pour peut être le morceau le plus surprenant et le plus abouti de toute leur discographie.

Au final, on se retrouve avec un album  qui se rapproche plus deThe Fiancée pour le coté plus construit et moins décousu (mettez «Back To Back » de coté), avec un son riche découvert depuisWars & Rumours of Wars, plus toute l’originalité et le « no-limit » instauré dansLong Live.One Wing est définitivement le point d’orgue de leur carrière. Long Live The Chariot.

onewing