• Share on Google+

Aujourd’hui à cette heure, j’aurais dû être au dessus de l’Atlantique, à la conquête de l’Amérique, comme l’avait justement révélé au monde le cocassement surnommé Harry Potter.

Sauf que – il y a toujours un « sauf » – une pourtant bonne nouvelle a chamboulé tout mon planning, pour le faire passer de « mois d’octobre de l’awesome » au « mois d’octobre de la lose ». T’as beau avoir le meilleur boulot du monde qui t’envoie à Los Angeles, quand tu le mets dans la case « boulot » justement, faut que ça te casse les couilles à moment ou un autre. Du coup, la veille du départ, c’était pas forcément le meilleur moment.

Adieu palmiers. Adieu soleil et 20° au mois d’octobre. Adieu le double double animal style de In & Out. Adieu les Crazy Rock’n’Sushi. Adieu les retrouvailles des exilés de Nashville et les bamboulas en mode NashVegas. Adieu Converge et Torche, Smashing Pumpkins et Anberlin. Adieu Hollywood. Adieu les cabanes enflammées.

Au fond, le projet n’est que décalé, ça va quand même se faire. Garde la pêche quoi. Sauf que – il y a toujours un « sauf » – ça aurait évidemment été trop simple de changer les dates dans une time frame où j’avais rien de prévu. Genre billets d’avions pour Montréal, rejoindre une autre exilée et son homme pour un road trip dans l’est canadien. Donc par extension, adieu aussi les caribous. Adieu pancakes et poutine. Adieu tabernak’. Adieu les chutes du Niagara. Adieu le match de hockey Boston Bruins – Toronto Maple Leafs et ses bagarres assurées (on s’était bien renseigné pour voir jouer les équipes au taux le plus élevé de bastons).

Nique sa mère.

Même si c’est pour le bien du projet, la pilule reste dure à avaler. Surtout que dans mon esprit présentement, ça ressemble plus à un suppositoire qu’à une pilule, et il est enfoncé jusque dans l’oesophage, et pas par la voie la plus courte (ndlr: j’ai déjà fait la blague sur Skype, mais je la trouve tellement cool que je me suis senti obligé de l’écrire).

Ajoutez à ça la taxe d’habitation qui a doublé je ne sais comment, SFR qui est pas foutu de faire une résiliation comme il faut, une bonne vieille contravention de stationnement et mes ampoules qui claquent une par une (mais genre pas toutes en même temps, histoire que je doive bouger mon cul de déprimé plusieurs fois sous la pluie et dans le froid). Du coup je vais m’enfermer chez moi, en slip dans mon canapé, position foetale, à écouter des trucs vénère comme le dernier Converge et Trap Them en boucle, devant Fifa 13 – enfin seulement la démo, faut pas déconner – et des vidéos de chats trop mignons.

kittypizzaps3

Bonjour déprime.