• Share on Google+

C’est la fin de l’Euro et j’en ai pas encore écrit une ligne. A part pour l’élimination de la Pologne, qui sera un peu le déclenchement de cet article.

Parlons donc un peu football, avec une idée saugrenue que certains qualifieraient de « borderline mais néanmoins drôle », que beaucoup qualifieront « d’honteuse et irrespectueuse envers l’humanité », ou pas puisque personne ne me lit. Soit. Comme j’ai déjà dit, ça dépend de votre propre interprétation du « on peut rire de tout ». Mais elle est là, dans mon PES2010 – je sais je suis has been sur ce coup, j’attends FIFA13 -, et je pense avoir pris assez de pincettes maintenant pour que vous choisissiez de lire la suite ou d?arrêter tout de suite. #intrigue

Je vous présente donc… *drumrolllllllllll* …  mon équipe de foot de dictateurs :

Avouez que ça a de la gueule.

Le trio d’attaque envoie du rêve quand même. Staline, titulaire indiscutable en ailier gauche (oui sur ma capture il est à droite, foutue composition automatique, mais il est bien à gauche, pas de doute), malgré sa mauvaise prestation avec la Russie lors de cet Euro, éliminée dès le premier tour. Même en ayant écrasé la République Tchèque en début du tournoi, ça ne sera pas suffisant pour s’imposer. Au profit des Tchèques, qui se sont finalement rebellés et de la Grèce qui n’aura tout de même pas réussi à faire plier l’Allemagne en quart, même tenace.

Une Allemagne invaincue, archi favorite, qui écrasait tout sur son passage, à l’image d’un Hitler très en forme cette année, lui aussi titulaire indiscutable dans cette équipe de dictateurs. Mais il n’a pas su faire la différence en demi finale. Battue à son propre jeu, la Mannshaft a subi une blitzkrieg de Mussolini pour deux buts en 35mn et n’a pas réussi à faire sauter le cadenas italien par la suite.

A l’heure où j’écris cet article, un dernier duel fratricide entre membres de l’équipe vient d’avoir lieu, entre l’Italie de celui qu’on appelle Il Duce et l’Espagne menée par Franco. Champion du monde et champion d’Europe en titre, le Caudillo était évidemment jugé favori sans avoir spécialement brillé. Ca me fait mal de l’écrire car mon coeur footballistique appartient à l’Italie, mais l’Espagne s’est vite réveillée et les italiens ont pris bien cher. Les ibères méritent leur triplé historique. Franco, en fin de carrière au club, était menacé par la bonne montée en puissance d’Ahmadinejad, mais je pense qu’il vient de gagner sa place pour encore un an dans le onze type grâce à cette victoire finale. Generalissimo Francisco Franco is still at the top.

Voila pour les européens. A noter tout de même le remplaçant de luxe, Slobodan Milo?evi?, qui après des débuts impressionnants en Serbie, a continué d’affoler les compteurs aux Pays-Bas avant de rejoindre le club.

Au milieu, le fidèle Castro assure devant la défense, grâce à sa stabilité et sa régularité et forme un milieu solide grâce à sa grande complicité avec Franco. Il fournit également les meilleurs opportunités pour Staline et est le préposé au coup franc, surement dû à sa puissance de feu. Pour compléter le milieu de terrain, le Dictators FC peut compter sur Saddam Hussein, qui se démène toujours comme s’il avait le diable aux fesses et est un des grands artisans des récents bons résultats du club.

Niveau défense, la charnière centrale n’est peut être pas encore définitive, sachant qu’il y a Ceaucescu et Kabila sur le banc. On ne parle pas de n’importe qui. Ils vont tous devoir faire leurs preuves, mais Kadhafi part avec un bonus comme il a fait venir Nelly Furtado et Beyoncé en concert privé, et Pinochet, en fin de carrière certes, mais au top niveau depuis 17 ans. Sur les côtés, on peut compter sur les petits par la taille, mais grands par le talent. Rapide et ultra technique, Kim Jong-Il prend un malin plaisir à user les défenses adverses par ses attaques incessantes sur les flancs, alors que Mao, joueur emblématique surprend par ses performances mitigées et son statut peut être remis en cause, notamment à cause de l’émergence de Al-Assad sur le flanc gauche.

Mugabe dans les buts est le seul représentant africain de cette équipe, mais pas des moindres, il est le joueur le plus cher du monde, suite au prix astronomique auquel il a été acheté.

Sur le terrain donc :
1. MUGABE
2. MAO ZEDONG
3. KADHAFI
4. PINOCHET
5. KIM JONG-IL
6. CASTRO
7. FRANCO
8. HUSSEIN
9. MUSSOLINI
10. STALINE
11. HITLER

Et sur le banc :
12. LÉNINE
13. CEAUCESCU
14. KABILA
15. MARCOS
16. BOKASSA
17. AHMADINEJAD
18. BONGO
19. AL-ASSAD
20. KIM IL-SUNG
21. MILOSEVIC
22. GBAGO
23. TITO

Voilà, maintenant je suis prêt à jouer contre le Barça sans sourciller. Enfin je pense. Au pire, je me ferais le RCL.