• Share on Google+

Après un petit déjeuner typiquement thaïlandais – composé de céréales, fromage blanc et mini burger de poulet -, Sangop nous embarque pour une ride en bateau à moteur en direction du marché de Damnoen Saduak, un poil à l’écart de Bangkok. À l’échelle de la ville, ça fait un peu moins d’une centaine de bornes.
L’embarcation n’est pas spécialement des plus stables sur le khlong et même si le capitaine du navire est au point et nous amènera à bon port, on arrive à peu de choses près trempés, river splash style.

Damnoen Saduak Floating Market

Un mec nous accueille avec un python, qu’on refusera poliment de porter autour du cou, rapport au fait que le serpent fait genre deux fois ma taille.

Un peu plus loin, le marché flottant s’anime et les barques s’entrechoquent. On trouve de tout, des illustrations de tigres les plus kitch jusqu’au poulet épicé, en passant par des statuettes d’éléphant ou des fripes « I love Bangkok », le tout payable de pirogue à pirogue, au milieu du canal. Son nom de Venise d’Asie prend tout son sens, et va comme un gant à Bangkok.

Untitled

Damnoen Saduak

De retour à Bangkok même et après un repas avec vue sur le fleuve, on prend la direction du palais royal, et on découvre la Thaïlande des guides de voyages.

Les temples sont magnifiques et d’une richesse incroyable, des statues immenses à masques de dragon (dvarapala) ornent les entrées des bâtiments principaux qui renferment tous une merveille, type bouddha géant tout en or et/ou émeraudes ou maquette échelle 1/100 du temple d’Angkor Wat au Cambodge.

Le Phra Siratana Chedi (l’énorme tour dorée ci dessous) reste pour moi la structure la plus folle du complexe, avec les moines qui s’y affairent pour préparer le jour de l’Illumination.

Phra Siratana Chedi

Grand Palace

Monks

Le guide nous fait une fatality en enchaînant directement avec le Wat Pho, un bouddha allongé de quarante cinq mètres de long sur quinze de haut. Je crois que je suis aussi grand qu’un de ses orteils, pour donner le ratio.

Wat Pho

Entre la folie de tout ce qu’on vient de voir et la fatigue, due au réveil matinal et la chaleur écrasante, on se permet un passage éclair à la piscine de l’hôtel. Toujours moins bien que de se baigner en janvier dans le Pacifique mais passons.

Notre dernière étape pour la journée sera un dîner dans la plus haute tour de Bangkok, le Baiyoke Hotel, avec vue panoramique sur la cité. Le dernier nous donne un accès vers l’extérieur, pour admirer la ville, à la new-yorkaise. Le détail magique sera la musique dans l’escalier pour monter à ce dernier étage, le générique de Star Wars. En plus de ça, je peux vous dire que le buffet est à la hauteur de la vue.

Baiyoke