• Share on Google+

the rock staring

Ahahah, ce que je peux être drôle.
Non plus sérieusement, il est beaucoup trop grand ce pays. Quand tu viens de faire 1300kms en van pas climatisé pour aller voir un putain de caillou géant, et que tu vois ça, tu pètes un plomb.

Lasseter Highway

Aucun être humain normalement constitué ne peut rester de marbre une minute de plus, surtout par cette chaleur.
Mais moi, les cailloux, c’est mon dada. Après les vestiges de la Grèce antique, la monument valley, la mine de Lewarde et autres sodomies au gravier (cliquer absolument pour comprendre), il est temps d’entrer en terre aborigène sacrée et  de voir le maître des pierres.

Talinguru Nyakunytjaku

Non pas Pierre, le maître de l’arène Pokemon, contre qui un vulgaire Carapuce ferait l’affaire. Non, je parle bien de THE rock. Le seul, l’unique, le plus beau, le plus dur, le plus gros – ne vous méprenez pas – le rock que n’importe quelle roche veut être, celui dont est fait AC/DC.

Ayer’s Rock. Uluru pour les intimes.

The Rock

Sunset, sunrise, promenade tout autour, le rocher n’a plus de secret pour moi. Pas plus qu’un Ferrero. Quatre longues heures de marche sous 40° à 7h du mat pour en découvrir les moindres recoins, entailles, dessins aborigènes, j’en passe et des meilleurs. Même le waterhole aura droit à sa petite photo.

Uluru water hole

La seule chose que je n’explique pas encore, c’est pourquoi il y a autant de mouches. Ceux à la gâchette facile prétendront que ce n’est que parce que je ne suis qu’une grosse merde. Toujours est il que je comprends mieux comment on peut mourir à cause de ça dans les Sims maintenant. C’est infernal.
Vous inquiétez pas, j’ai déjà posté un mail au gouvernement australien pour qu’il vaporise la zone d’insecticide depuis un satellite.

Bref, Une nouvelle petite merveille à mettre au compteur. Et celle là, on l’a particulièrement bien célébrée, avec champagne au coucher du soleil. Champagne australien certes, avec bouchon en plastique et des glaçons certes, mais ça n’enlève rien à la saveur de l’instant. Allez, cheers, prozit, tchintchin, tite coupette, tout ça tout ça.

Champagne on the rocks