• Share on Google+

J’étais assez partagé en arrivant ici. Entre l’excitation de découvrir une ville nouvelle, d’enfin mettre les pieds en Australie et de savoir quoi faire à Melbourne. Parce que c’est beau sur le papier quand on vient de France, mais mis à part l’Open de tennis et le Grand Prix de F1, elle est connue pour quoi cette ville ?

City of Melbourne

Rien en fait. Pas de super monument type Golden Gate ou l’opéra de sa grande s?ur voisine, pas spécialement de paysages à couper le souffle, on y est juste parce que merde, Melbourne c’est quand même une grande ville australienne. Alors on se plonge dans le guide et on suit les tracés définis.

Première étape, le Queen Victoria Market et ses étales de fruits et légumes à perte de vue. Et la magie opère : faire le marché en Europe, ça me gonfle. Mais ici ça le fait, passer des abricots aux poivrons en passant par les mangues et les avocats king size (je rêve de guacamole avec eux), c’est autre chose, me demandez pas pourquoi.

Vegetables

Ensuite on nous dit qu’il faut arpenter les rues du centre ville, de la City comme disent les autochtones. Principalement Federation Square et son musée à l’architecture alambiquée et surtout Flinders Station, la gare victorienne jaune fluo. Et quelque part sur Swanston, un immeuble qui pourrait être le QG des Ghostbusters. Relativement déroutant.

Slime

Flinders Station

L’atmosphère qui se dégage ici est incroyablement sereine, étrange pour une ville de près de 3 millions d’habitants. Les gens sont calmes, souriants et courtois, te laissent traverser tranquille même si le temps imparti est fini, et avec le sourire.

Ça doit être le tram qui donne cette impression de tranquillité, malgré la centaine de lignes qui desservent la ville. Melbourne respire le zen. Un jardin japonais à elle seule, qui donne envie d’aller acheter des abricots à 7h du mat et de se promener le long de la Yarra par 30°. Et en plus un bruit de pistolet laser se fait entendre dès que le feu piéton passe au vert.

Enfin c’est fou ça, faire autant de bornes pour aller au marché et marcher le long de la plage. Mais c’est bien là la force de cette ville, à faire les choses les plus simples, on s’y sent tout simplement bien.

She just is cool

Par contre, il y a un truc qui me dit qu’on va pas être d’accord longtemps :

Sydney hardcore