• Share on Google+

Si vous estimez que le dernier Living With Lions ne vous suffit pas pour la route qui vous sépare du Golden State, je peux vous proposer un album qui était passé un peu à la trappe, mais qui entre par la grande porte : « Gospel » de Fireworks.

« Arrows » amène doucement l’auditeur vers ce qui est la grande force du combo de Detroit : un songwriting implacable et des paroles souvent nostalgiques, mais jamais cheesy ni ringardes, ce qui est tout de même dur à trouver dans le style. L’enchainement « I Was Born In The Dark », « Xs On Trees » et « We’re Still Pioneers » a tout du pop-punk moderne sans renier ses origines, le refrain de « We’re Still Pioneers » en fer de lance. Ces trois titres sont définitivement les bijoux de la couronne « Gospel ».

Un changement de style opère avec « Teeth » aux airs plus indie à la Tigers Jaw, et « Oh, Why Can’t We Start Old And Get Younger » qui annonce une suite d’album résolument plus triste, sans pour autant tomber dans l’emo-tranche-tes-veines. Peut-être pour ça que je décroche, car ce qui me plaisait dans l’optimisme général des premiers titres disparait progressivement. Même le titre intitulé « Summer » ne me fait pas spécialement rêvé de palmiers et de Santa Monica.

Après avoir ralenti jusqu’à l’acoustique « I Am The Challenger », Fireworks fait parler le talent et sa maturité pour finir sur un « Paintings Of Paul Revere » (un clin d’oeil à Four Year Strong ?) et un « I Locked My Time Capsule » qui aurait très bien pu se retrouver sur un album de Fall Out Boy. Et c’est sur ces touches positive que se referme l’album, finalement à l’image même du Gospel.

Dans l’ensemble, Fireworks reste fidèle à ses racines et y apporte une certaine maturité qui leur donne ce petit coté unique et difficile à classer dans le “simple” pop-punk. Une bombe pour les fans du genre, et malgré tout un très bon album pour ceux qui comme moi, sont un peu sceptiques sur la scène. Car avec ce Fireworks, on tient peut-être un renouveau du genre, loin des clichés de punk écervelés ou à l’inverse des rockers cheesy (oui, je pense à vous et votre dernier album All Time Low).

gospel