• Share on Google+

Fini la glandouille, on chausse les chaussures de rando – aka une vieille paire de Vans – et on part pour six jours avec pour destination finale Alice Springs, la ville pile au milieu de l’Australie, dans le désert, ou il fait 30° en hiver.

J’avoue l’avoir joué un peu chiffe molle, en préférant booker un tour organisé plutôt que louer une voiture et partir à l’aventure sans GPS. Mais c’était ça ou devoir changer une roue dans le désert après s’être pris un kangourou sur le capot. Donc tour organisé.
Le groupe est sympa, il y a un allemand qui parle anglais comme Schwarzy. La guide est géniale et me fait penser au père de Pô dans Kung Fu Panda, dans sa démarche, son attitude et sa cuisine.

Putain, j’ai pris du gras en fait. Bref, tout ce petit monde prend place dans le van, et le road trip est définitivement lancé, avec plus ou moins la soundtrack de GTA Vice City dans les enceintes, avec She’s On Fire en fer de lance. True story.

On arrive au milieu de nulle part, précisément à Quorn, petite ville célèbre pour avoir été dans les 60’s l’unique plaque tournante du réseau ferroviaire entre les états du pays. Ah oui, moi je suis comme ça, je vends du rêve.

Mais ça on s’en fout, ce qui s’avère prometteur c’est le parc national des Flinders Ranges (à prononcer « flinedeuwz wrenjiz »), pas vraiment la ville du motel. 39°, $3.50 1,5L d’eau, j’en connais qui vont se faire des couilles en or. Mais tu payes ou tu crèves… Donc prends tes 7$ et étouffe toi avec.

On commence par une petite mise en bouche dans la Warren Gorge pour prendre des wallabies en flag de baston. Non parce que c’est pas juste voir des kangourous, faut qu’ils se fightent ou qu’ils transportent un bébé dans leur poche. Finalement, on a bien vu les marsupiaux, mais pas de bagarre ni quoi que soit, à peine quelques sauts pour sortir du champ de vision. Le trek est sympa, mais pas spécialement représentatif non plus.

Wallabies

Du coup on s’attaque au walking trail de Wilpena, voir un peu la bête par le dessus. Une bonne heure pour atteindre le sommet, j’ai les tibias on fire malgré l’indice 50, mais la vue est imprenable sur la vallée.

Wilpena

Sur je vous laisse, je me disais que j’irai bien me rafraîchir dans la piscine, comme l’implique traditionnellement le mois de janvier.