• Share on Google+

Tout ce qui se passe à Vegas reste à Vegas. Mais comme c’est vous, je vais raconter un peu.

Bonne session shopping au Premium Outlets. Prix en dollar + réduction usine = je regrette de pas avoir de carte Gold. C’est dingue, même pour acheter des fringues, t’as l’impression que tu vas y laisser ta quinzaine tellement il y a de trucs biens et pas chers. Las Vegas, c’est le diable incarné.

On flâne sur The Strip de casino en casino, Flamingo, Bally’s, Riviera,  en jugeant la qualité par le niveau de bonassitude des hôtesses et du ringard des moquettes. Je veux dire, on traîne vraiment les pieds, il fait un peu 114 F°, soit 44° de chez nous. On est juste en train de crever. En plus ça sent la pizza, à chaque fois que je sors d’un casino, j’ai l’impression d’ouvrir le four pour manger.

En arrivant au Venetian, on comprend qu’on a passé un cap – rapport aux critères précédemment cités. On fait pas les choses à moitié ici, il y a quand même un opéra qui se joue sur une reproduction de la place St Marc (sans les pigeons, mais ça sentait bon la lessive), des canaux et des tours de gondoles, le tout en intérieur. Normal.

Venetian

En sortant, on voit un show devant le Treasure Island. Chorégraphie qui aurait pu être signée Kamel Ouali, un bateau de pirate, des backflips par dessus bord, des danseuses avec des sabres entre les dents et des feux d’artifices devant la façade du casino. Si on avait pas oublié le câble de la caméra, on vous aurait mis une petite vidéo.

On fait les touristes devant la Tour Eiffel et l’Arc de Triomphe devant le Paris, passe dans le shop Coca Cola ou on peut prendre des photos avec la mascotte ours polaire, lol de feu quand il fait semblant de manger la tête des enfants. Vraiment. Juste à coté, le mur de M&M’s.

M&Ms Vegas

Fin d’après midi, les pieds souffrent et on s’offre une pause à l’hôtel. Le temps de prendre une douche et de bruler (encore) une chemise et on s’attaque au vrais de vrais. On passe tranquillement devant le Mirage et ses vitres dorées et on s’infiltre discrètement dans le Caesar’s Palace. Là aussi on est un niveau au dessus, il y a des bar(re)s et des stripteaseuses tout juste à l’entrée, machines à sous à foison et du costard italien. On tentera de faire un tour à la super piscine derrière le casino mais c’est trop bien gardé. Du coup, on file au Bellagio, puisque le Caesar veut pas de nous. En espérant croiser Georges et Brad. Sans succès.

Inside the Bellagio

On se rabat sur les petits magasins derrière l’entrée et bave devant la fontaine de chocolat. On s’offre une sortie de stars par la porte principale, torse bombé et cheveux gominés, mais on devait pas être assez crédibles, aucun des valets n’est venu demander le numéro de notre Porsche. J’avais mis une chemise pourtant. On finira par voir la fin du show géant de la fontaine devant, et rentrer au Stratosphère, claquer quelques billets au Megabucks – 10 millions de dollars en jeu quand même -, se taper des putes et sniffer de la coke. C’est pas comme si on avait 8h de route demain et qu’il était 3h du mat, faut aller droit au but maintenant. What else ?

Bellagio