• Share on Google+

Nuit caliente hier à Page. Pas pour ce que vous croyez. Juste la clim qui fait un bruit de moteur d’avion de chasse. Entre dormir mal ou pas dormir, dormir quand même.

Highway à fond aujourd’hui, beaucoup de route vers le Bryce Canyon, un peu crevé donc. Un ultimate Turkey/Bacon Avocado et on file.

On part un peu blasé parce que le combo Grand Canyon / Monument Valley, c’était super violent. Mais le Bryce Canyon relève le défi, et c’est encore la branlée, toujours une différente. Ouais forcément, ça peut pas être nul me direz vous. Et non effectivement, ça peut pas être nul.

Bryce Canyon

Now, direction Las Vegas. Même si il y a 200miles à faire, c’est autre chose que de voir Chigny les Roses sur les panneaux (kassdedi inside, no offense)
On traverse déserts et montagnes contre vents et marées. RAB, 75 mph, on double les tracteurs et les citernes, mais pas les Corvettes.

Les miles défilent, la montagne se fait plus intense, les côtes plus dures à monter. Jusqu’à ce que le voyant du moteur se mette à clignoter. Ah oui, on est bloqué en 5ème, les vitesse passent plus, d?autant plus gênant sur une automatique. Bon, on en mène pas large, on s?arrête sur le bas coté et on laisse reposer la bête. Tentative de redémarrage, cool, ça démarre. Ah non, ça avance pas.

Bon.

Bah c’est bien.

On est au milieu du désert, direction Las Vegas, pas de trafic excepté des routiers qui doivent faire peur, pas de réseau, autant dire au milieu de nulle part. Là, on frôle le désespoir.

Lost

Je crois qu’on vient de passer une station. Avec encore plein de routiers sûrement, mais on n’a pas vraiment le choix. Je m’imagine complètement la station comme dans le film de Spongebob, avec les gros loubards et nous en tout petits maigrichons. Putain, une voiture s’arrête. Lui il va vouloir troquer son aide contre des faveurs pas catholiques. State Patrol. STATE PATROL ! Un flic ! BINGO !

On lui explique la situation, il nous file son portable pour appeler l’assurance et entre le bruit de fond de l’autoroute et l’accent américano-mexicain, c’est pas gagné. L’agent prend les choses en main, parlote dans son coin et refuse catégoriquement, de lui même à ce que ça soit à nous de payer un taxi pour rejoindre le centre de location le plus proche.

[Je trépigne un peu sur mon clavier là, parce que voilà le passage génial dans l’histoire]

Policeman raccroche le téléphone et nous dit (en substance), faut aller au rental center pour que vous puissiez avoir une nouvelle voiture, par contre je trouve pas ça cool que vous deviez payer un taxi pour y aller, surtout que c’est un problème mécanique et que vous êtes pas fautifs. Prenez tous vos sacs, mettez les clés sous le siège conducteur et laissez la voiture ouverte. De toute façon, elle ira pas plus loin. Je vous emmène au centre à l’aéroport.

On vide la Chevrolet, charge la voiture de police, laisse les clés sous le tapis et monte coté prisonnier. Et BAM, paye ton tour en voiture de flic américaine. Ah là, celle là, les vitesses elles passent bien, 80mph alors que la limitation est à 35, accélérations qui te font taper le crâne sur la banquette arrière tout le bordel. Caméra à l’avant qui filme tout, gros son techno & le caisson de basses devait pas être loin de mon siège, appels sur CB et gobelet de soda, au moins 1L. Avec une petite sirène ça aurait été parfait, mais on va pas abuser.

Bien merci officier, non vous inquiétez pas, c’est mon boulot, bah merci quand même, vraiment, on insiste, merci alors, bon voyage. On passe chez Ford (First On Race Day d’après le vendeur) et on va pouvoir continuer vers notre étape suivante, Stratosphere, Las Vegas Blvd.

Slots

PS: pas de photos de la police, désolé, il était pas vraiment pour.