• Share on Google+

Tout a commencé par un f$$$ing breakfast sur Hollywood Blvd. Le dernier à Los Angeles, avant de prendre la route pour San Diego.

Classic breakfast

Get in the car, buckle up the belt, gros Bowling For Soup – 1985. Je peux vous dire que pendant ces 3 jours, elle a pris du kilométrage la Chevrolet et du gros son dans les enceintes. Même si elle se doute pas encore de ce qui l’attend. Mais comme le disait @MrRayures, elle est prédestinée, je vous laisse remarquer le DW sur la plaque.

DW - Chevrolet

On quitte alors LA pour rejoindre San Diego par la I-5 South, vous savez, la route qui longe le Pacifique tout ça tout ça. Rien de plus normal me dirait vous. Je vous laisse remarquer aussi à quel point cette highway est cool, I-5, high five, tout est dit. Tout se passait plutôt bien donc, jusqu’à ce qu’à un coin de rue avant Newport, on tombe sur un camion Budweiser. Pas une camionette de Chti quoi, un 33t Budweiser, BAM. Savent peut être pas faire de la bière, mais ils sont calés en look les ricains.

Budweiser

Là si t’as pas encore compris que t’es dans un autre monde, tu reprends l’avion direct jusque Paris et tu rentres chez toi à pied. On arrive à San Diego, direction le zoo super réputé de la mort, on va tâter du crocodile et de l’ours polaire. On comprend vite pourquoi il est si coté, les univers sont excellents et visiblement bien adaptés aux animaux. (post non sponsorié par Balboa Park).

Petite déception quand j’ai pas pu voir les loutres et faire de dédicace à Monsieur Lam – genre le mec il est en Californie devant des panthères et il fait chier pour des loutres. J’ai raté une mention sur twitter qui aurait fait jalouser les copains.

San Diego Zoo - Entrance

En tout cas on a vu autre chose que des canards, genre éléphants, ours polaires, rhinocéros, koalas, tigres blancs… C’est pas vraiment le zoo de Lille quoi, en plus on peut commander des nachos cheese au Artic Trader. Reste un enclos ou 15m avant de voir la bête, on entend déjà les « aaaawwwww », « so sweeet » ou autre « OMG, it’s soooo beautiful », je nomme : le Grand Panda de Chine.

Putain de merde quoi, un panda ! Bai Yun qu’il s’appelle, et il est la, ventre à l’air en train de grignoter du bambou avec son fils (ou fille) Zhen Zhen. Franchement, classe ultime. Vu comme ça, je lui aurais bien filé une bière.

Bai Yun

Sinon ce soir c’est grand soir, c’est diner au Sombrero. A noter qu’on a réussi à boucher les toilettes avant même d’avoir mangé mexicain.